Ma gang de blogtrip
5

La Mauricie toute en rencontres!

Comme vous le savez si vous suivez ma page Facebook, j’ai complété ma première Mission Régions 2015 en Mauricie il y a peu de temps. J’ai plein de choses à vous raconter, comme ma première expérience en traîneau à chiens, ma nuitée dans une tente en plein bois avec pour seul compagnon mon feu de camp et de belles découvertes dans la région, cette fois en hiver. En attendant, je vous laisse sur ce qui m’a le plus marqué de mon séjour en Mauricie : ses habitants.

Ma gang de blogtrip

Ma gang de blogtrip

De l’amour en masse dans le Parc national de la Mauricie

– Qu’est-ce qu’il y a dans la trempette?
– De l’amour, ma chère. L’amour, c’est l’ingrédient principal de tout ce qui se trouve sur notre menu.

Cette réponse attachante ne fut ni la première ni la dernière entendue au cours de la fin de semaine. Là-bas, les gens semblent avoir le cœur sur la main et ceux qui travaillent avec les touristes ou les vacanciers le font par passion, par envie de faire connaître leur région. Christian, cité ci-haut, et sa chérie Marie, propriétaires de la Halte Café-Vélo du poste d’accueil du parc national de la Mauricie, ont fait le choix de s’y installer et ne regrettent pas leur décision. Cet amour pour leur travail parait dans la nourriture santé qu’ils servent aux randonneurs.

Christian et Marie - Halte Café-Vélo du poste d'accueil du parc national de la Mauricie

Christian et Marie

 

Les dirigeants du Baluchon que nous avons rencontrés, Louis et Patricia, sont tout aussi fiers de leur bébé. « Si les gens repartent contents, c’est un bout de leur cœur qui reste avec nous », m’a confié cette dernière, tout sourire et posant fièrement près de l’historique « motoneige » Bombardier devant l’établissement incontournable de la région.

Louis et Patricia, Auberge Le Baluchon

Louis et Patricia

Une histoire de traîneau

Alors que Michael s’affairait à préparer nos chiens de traîneaux, ma collègue blogueuse Kim de Toque and Canoe l’interrogeait sur la potentielle cruauté envers les chiens que pouvait causer notre participation à cette activité.

Vous savez, si je ne leur donnais pas de l’amour, ils ne me donneraient pas le travail.

Un des chiens de Pierre, le musher

Son collègue, Pierre, le musher ayant grandi dans la toundra, raconte des anecdotes comme si elles sortaient tout droit d’un livre d’histoire, mais en faisant vivre les personnages. Si seulement j’avais eu un prof comme ça à l’école, je connaîtrais mieux l’histoire de mon pays! J’ai eu la chance de m’asseoir dans son traîneau pour l’aventure et je peux vous dire qu’on s’aperçoit vite que les bêtes sont traitées aux petits soins, les clients aussi d’ailleurs. Les deux hommes leur murmurent des mots d’amour, les cajolent, s’assurent qu’ils sont bien. À plusieurs reprises, Pierre s’est arrêté pour s’en assurer!

Avec les chiens de traineau - Le Baluchon, Mauricie en traineau à chiens - Mauricie

Le Québec, c’est sûr, pis toute, pis toute!

La gang était tellement synergique qu’aucune des trois invitées dont je faisais partie n’a eu l’impression d’être en voyage de presse, nous étions plutôt une bande d’amis prêts à découvrir le Québec l’hiver!

Élise, la sympathique Française responsable du marketing au Baluchon, s’est jointe à nous pendant nos diverses activités. Ça a tout de suite cliqué! Nous avons partagé des histoires de tour du monde (elle a fait le sien un an avant moi) et de l’étranger autour de bons repas, ponctuées par des « pis toute, pis toute, là là » tout droit sortis du Saguenay-Lac-Saint-Jean où elle a posé ses premières pierres en terre québécoise. Ça me fait toujours chaud au cœur de voir des immigrants adopter ma province et en tomber autant amoureux!

Élise du Baluchon, Mauricie

Oups, la seule photo que j’ai d’Élise, malheureusement!

 

À la fin de mon séjour, Guy Thériault de Parcs Canada nous demandait ce qu’on avait le plus apprécié, ce qu’on retiendrait. Aucune de nous n’hésita une seconde : les gens. Au-delà des paysages hivernaux exceptionnels, des activités organisées et des lieux d’hébergement hors pair, ce sont la gentillesse et l’accueil dont ont fait preuve les habitants/employés qui ont retenu mon attention.

Il est assez rare que je reçoive un service complètement horrible en voyage, je l’avoue, mais c’est encore plus rare de rencontrer en si peu de temps une série de personnes avec des histoires fantastiques qui ont quelque chose à apporter à chaque expérience. Des gens comme ça, il y en a à la pelletée là-bas et je l’avais aussi ressenti cet automne

Auberge Le Baluchon, Mauricie

Je dis souvent que ce n’est pas l’endroit qui fait le voyage, mais bien les expériences et les rencontres. Eh bien là, mon voyage enneigé en Mauricie, c’était exactement ça!

Sur ce, je vous laisse avec quelques suggestions de lecture sur la région et je vous reviens bientôt avec d’autres récits.

Pour plus de récits sur la Mauricie, voici d’autres articles que j’ai publiés récemment :

Ça vous donne le goût d’aller en Mauricie?

Bon voyage!

 

*Ce séjour a été organisé avec l’appui de Tourisme Mauricie et Parcs Canada, mais les opinions exprimées sont les miennes et n’ont pas été influencées de quelque manière que ce soit.

 

Vous pourriez aussi aimer

5 commentaires

  • Commenter
    Robert Cyr
    9 mars 2015 à 03 h 11

    Article plus qu’intéressant et réaliste. J’habite tout près du Parc que je vais visiter pendant les 4 saisons. Souvent en complicité avec la Nature, pour aller observer sa faune (ours, orignaux, loups, etc..) tôt le matin lorsqu’elle est la plus active!!! Je guide bénévolement des groupes pour leur faire partager l’amour de notre environnement dans le respect de ceux-ci. Nous sommes les intrus. Ils sont chez-eux. À nous de savoir se retirer s’ils ne se sentent pas à l’aise…

  • Commenter
    Gourmandise, repos, massage et théâtre : le weekend parfait au Baluchon!
    11 août 2015 à 11 h 28

    […] comme dans la salle à manger de petites merveilles gastronomiques que j’ai pu également goûter cet hiver (c’est ici que j’ai fait du chien de […]

  • Commenter
    À essayer : faire du traîneau à chiens en Mauricie!
    28 décembre 2015 à 02 h 09

    […] lire un autre article sur le même week-end en Mauricie de février, c’est par ici : La Mauricie toute en rencontres. Et mes autres épopées dans la région par ici : […]

  • Commenter
    Trois-Rivières : une ville à découvrir en scooter!
    4 avril 2016 à 10 h 54

    […] La Mauricie toute en rencontres! […]

  • Commenter
    Ma cabane au Canada, version oTENTik! | Moi, mes souliers
    22 août 2018 à 04 h 05

    […] envie de vous faire à manger? Pas de problème, la Halte Café-Vélo dont je vous ai parlé dans cet article prépare de bons petits plats au pavillon de […]

  • Commenter

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.