bateau sur la plage à Palawan
4

18 choses à savoir avant un voyage aux Philippines

Vous prévoyez un voyage aux Philippines, cet archipel de plus de 7000 îles aux plages paradisiaques, aux forêts luxuriantes et aux beautés sous-marines attirant les plongeurs du monde entier? Ce petit guide de voyage regroupant 18 informations pratiques à savoir avant le grand départ vous permettra de mieux prévoir votre itinéraire aux Philippines. Vous y trouverez des endroits à visiter, des conseils pour mieux vous déplacer, des options pour les voyages responsables ou gourmands, et des trucs pratiques qui pourront vous éviter quelques maux de tête!

– Guest post de Marjolaine Arcand – 

  1. Les touristes affluent de plus en plus aux Philippines

Un hôtel en construction semble pousser au coin de chaque rue. L’an dernier, les Philippines ont accueilli un nombre record de touristes (et pourtant, l’île prisée de Boracay a été fermée aux visiteurs durant 6 mois). Vu le nombre d’îles dans l’archipel, il est toujours possible de s’y accaparer un petit bout de plage désert en s’éloignant des destinations archipopulaires comme Palawan, Cebu ou Boracay. Si toutefois votre itinéraire vous y mène, lorgnez du côté de Port Barton (Palawan). Sinon, visez Bohol ou Siargao, des îles touristiques légèrement moins bondées que leurs consœurs.

Nature des Philippines

  1. La nature y est époustouflante

En montagne ou en forêt, au bord de l’eau et même sous l’eau, ce pays recèle de merveilles naturelles, au grand bonheur des amoureux du plein air. Malheureusement, la nature est grandement mise à mal par la déforestation, la surpêche, le développement des côtes, et la gestion des déchets… Quelques organisations ou agences, comme People and the sea (Malapascua) ou Tao Philippines, proposent des expériences de tourisme responsable. Vous pouvez aussi contribuer à votre façon en évitant d’acheter des bouteilles d’eau en plastique (lisez le conseil no° 12 ou apportez votre SteriPEN), ou en boycottant les excursions permettant de nager avec les requins-baleines d’Oslob à Cebu (préférez le site de Donsol sur l’île de Luzon, où les bêtes ne sont pas nourries et évoluent dans leur environnement naturel).

Plage de Danao Beach à Panglao aux Philippines

  1. Il faut essayer la bouffe de rue des Philippines

Parce que les Philippins aiment manger partout, tout le temps, on trouve des kiosques de street food à chaque encablure. Les brochettes adobo (marinées dans le vinaigre et l’ail) se hissent au nombre des mets les plus répandus. Selon les régions, vous choisirez entre tripes, foie, peau, lézard, chat… et aussi des cubes de porc, rassurez-vous. Les lumpias (rouleaux de printemps) et les tusok-tusok (de petites boules frites, de poisson par exemple, piquées au bout d’un bâton et trempées dans une sauce) représentent de bonnes options. Oserez-vous tester le balut, ce fameux fœtus de poussin cuit à la vapeur dans son œuf?

Ce n’est pas dans la rue que vous vous ruinerez pour manger aux Philippines. Calculez 12 pesos philippins (0,30 $) pour une brochette, 10 pesos (0,25 $) pour un rouleau de printemps et 5 pesos (0,13 $) pour 3 tusok-tusok. En comparaison, un plat au restaurant coûte en moyenne 300 pesos philippins (8 $).

Brochettes de viande aux Philippines Femme grillant des brochettes philippines Oursins à Alona Beach

  1. Les moyens de transport ne manquent pas

Motos, scooters, taxis, autobus, recaro, ferries, bankas, avions, pedicabs, tricycles, calèches, habal-habal (moto à 10 passagers!)… Les options ne manquent pas pour se déplacer aux Philippines, et vous trouverez partout une personne prête à vous transporter pour quelques pesos philippins. L’application Grab, l’équivalent asiatique de Uber, est aussi une option, mais ce sont les jeepneys (anciens jeeps abandonnés par l’armée américaine reconvertis en flamboyantes camionnettes de passagers) qui remportent la palme de la rentabilité. À Manille, un trajet coûte en moyenne 9 pesos (0,23$).

Jeepney argent et vert pour le transport aux Philippines

  1. Il faut choisir les bons taxis

Évidemment, on ne saurait trop vous recommander d’opter pour les taxis avec compteurs pour payer le juste prix. À l’aéroport, vous les reconnaîtrez par leur couleur blanche. Mais pour compliquer l’exercice, sachez que les town cars ont la même teinte, mais sont beaucoup plus dispendieux (n’oubliez pas de marchander). Par exemple, pour une course entre l’aéroport de Manille et le quartier Quiapo, les town cars chargent 2500 pesos (environ 65 $) alors que les taxis blancs demandent entre 300 et 500 pesos (8 $ à 15 $). Ne vous laissez pas berner par un chauffeur qui souhaite vous charger 100 pesos supplémentaires pour le temps passé dans le trafic (parce qu’entre vous et moi, il y a toujours du trafic!).

  1. La carte de crédit n’est pas la bienvenue partout

Peu d’endroits acceptent les cartes de crédit aux Philippines. Très peu! Par chance, les guichets automatiques poussent comme des champignons.

Carcasse de bateau à Danao Beach Panglao

  1. La culture locale mélange plusieurs choses

Dans cet archipel de plus de 7000 îles, où l’on parle une multitude de langues et dialectes (il y en aurait près de 90!), l’identité culturelle nationale se définit difficilement, mariant Orient et Occident. Les colonisations espagnole et américaine ont toutes deux teinté la culture philippine. Dans les zones touristiques, on y entend peu de pilipino, la langue officielle, puisque l’anglais domine, même dans l’affichage. On y côtoie peu de musique, danses ou costumes traditionnels. Même au niveau de l’architecture, on reconnait les influences chinoise, américaine et espagnole.

  1. On y voit encore beaucoup de huttes de bambou

Ça peut sembler rudimentaire, mais pour les Philippins, le bambou un matériau abordable, qui se remplace facilement après le passage d’un typhon. Toutefois, le bambou est de plus en plus substitué pour du béton.

Hutte de paille - Guide voyage aux Philippines

  1. Manille est chaotique et assez polluée

À cause des embouteillages monstres, il peut être assez ardu de se déplacer à Manille. Priorisez les quartiers assez centraux pour vous loger, à Malate et Pasay par exemple. À la fin d’une journée dans la capitale, vos pieds seront poussiéreux et une pellicule de saleté se sera déposée sur votre peau. Pour les Philippins, le masque est de mise. N’hésitez pas à prévoir un mouchoir pour vous protéger des vapeurs d’essence.

Rue chaotique de Manille pleine de voitures

  1. Il vaut mieux choisir le taxi entre les terminaux de l’aéroport de Manille

Dans cette mégapole aux rues toujours congestionnées, le taxi semble l’option la plus efficace pour se déplacer entre les différents terminaux de l’aéroport de Manille. Le service de navette y est plus ou moins fiable. Prévoyez du temps pour vos déplacements!

  1. Le karaoké se veut un sport national

Ici, aux Philippines, le karaoké (ou videoke) se hisse certainement au nombre des passe-temps nationaux. Les salles de « KTV » sont très répandues dans le pays. Certaines familles voyagent même avec leurs machines de karaoké personnelles. On prend la chose très au sérieux, et avec une grande marque de respect s’il vous plaît: il est très mal vu de huer ou ridiculiser quiconque se risque au micro. Rassurez-vous, les Philippins chantent très bien. En tout temps, il est coutume d’entendre percer une jolie voix qui chantonne à travers les volets.

Ciel au-dessus des arbres - Danao Beach Panglao

  1. On peut remplir nos bouteilles réutilisables d’eau potable pour trois fois rien

Parce que le plastique à usage unique semble régner en roi et maître dans ce pays, on évite d’ajouter des bouteilles de plus dans l’océan en utilisant les stations de remplissage. On les localise un peu partout, souvent dans les dépanneurs. Il faut calculer environ 2 pesos (0,05$) pour une petite bouteille et 55 pesos (1,40 $) pour une très grosse cruche. Une autre option est de glisser un accessoire incontournable de type SteriPEN dans vos valises!

Coucher de soleil sur Panglao Beach

  1. La musique des années 90 est encore au top du palmarès

La trame sonore des Philippines semble n’être composée que de vieux succès américains des années 90, comme en témoignent les innombrables cover bands qui les interprètent. On les entend autant à la radio, que dans les bars et les commerces. Les Philippins trouvent ces mélodies plus harmonieuses, paraît-il. C’est vrai qu’il n’y a rien comme une bonne vieille balade romantique de Céline Dion pour se remettre sur le piton.

  1. Il est parfois difficile de sortir des circuits touristiques

Toutes les agences semblent offrir les mêmes itinéraires de tours guidés. Avis aux amateurs de mix and match: vous pourrez avoir du mal à vous créer un itinéraire à la carte. Ce n’est toutefois pas impossible, moyennant la location d’un scooter (attention aux journées pluvieuses) ou d’un taxi privé (qui refusera peut-être même de vous conduire jusqu’à cette chute de Bohol que vous vouliez tant voir). Sachez aussi que les tours guidés incluent bien souvent des frais supplémentaires ou des arrêts non prévus, dans le seul but de vous vendre ce déjeuner ou cette balade de quad en forêt dont vous n’avez absolument pas besoin. On ne vous recommande pas d’éviter les excursions guidées, mais on vous suggère de bien vous renseigner sur les frais supplémentaires et les arrêts prévus.

  1. La religion catholique domine

Les Philippines sont l’un des deux seuls pays majoritairement catholiques en Asie (avec le Timor oriental). On y croise d’ailleurs bon nombre de belles églises à visiter comme la cathédrale de San Jose (Tagbilaran) ou la cathédrale de Manille.

  1. Les cordes à linge font partie du paysage

Saison des pluies ou pas, c’est toujours un beau temps pour étendre. On se croirait parfois en pleine friperie, pusique les Philippins étendent à tout vent: sur une corde tendue entre deux palmiers, sur la corniche de la maison, sur la plage, sur la clôture entourant l’école…

Cordes à linge colorées - Voyage aux Philippines

  1. Il faut parfois payer une taxe de départ à l’aéroport

Dans certains aéroports en voyage aux Philippines, vous devez parfois payer une taxe de départ de 200 pesos (environ 5 $) avant de passer la sécurité. De l’aéroport de Manille, ces frais sont inclus dans le billet.

  1. Vous trouverez toujours du soleil quelque part

Durant la saison des pluies (et des typhons), généralement entre les mois de mai et octobre, la température varie d’un bout à l’autre du pays. Il peut pleuvoir à Palawan alors que le soleil brille sur Bohol. Si votre périple le permet, ne réservez pas trop tôt et voyagez selon la météo. Sachez aussi que les trajets de bateaux sont parfois annulés pendant la saison des typhons.

bateau sur la plage à Palawan

Maintenant, à vous les lagons d’El Nido et les vagues de Siargao, les fonds sous-marins multicolores et les bankas oscillant sur l’océan, la chaleur et les jeepneys colorés, les brochettes et le karaoké, les centres commerciaux surdimensionnés, les oursins fraîchement pêchés et l’odeur des frangipaniers.

En espérant que ce petit guide pratique de voyage aux Philippines vous permettra de trouver votre bonheur sur l’une (ou plusieurs!) des 7000 îles qui composent l’archipel.

Vous y êtes allé? On est curieux de savoir ce que vous y avez visité. Partagez-nous votre itinéraire aux Philippines!

Découvrez d’autres attraits d’Asie du Sud-Est en lisant ces articles:

Vous êtes sur Pinterest?

à savoir avant de partir en voyage aux Philippines

Vous pourriez aussi aimer

4 commentaires

  • Commenter
    Eric
    30 octobre 2019 à 12 h 29

    J’adore manger et je pense bien que je me laisserais bien tenter par les tripes et les lézards. J’adore découvrir de nouvelles choses. Je ne me suis pas encore aventuré du côté des Philippines, mais cela ne saurait tarder.

  • Commenter
    Marjolaine Arcand
    31 octobre 2019 à 01 h 14

    Je n’ai pas osé les tripes… mais le porc était délicieux! Bon voyage!

  • Commenter
    Claudia Matteau
    1 novembre 2019 à 09 h 50

    J’adore tes photos, elles sont sublimes et donne un « feeling » réel de l’endroit! Est-ce que tu peux me dire quelle caméra utilises-tu pour tes voyages? Merci!

  • Commenter
    Marjolaine Arcand
    1 novembre 2019 à 09 h 55

    Bonjour Claudia,
    Comme j’essaie toujours de voyager léger, j’utilise ma caméra de téléphone. J’ai un Huawei P20 Pro (que j’ai d’ailleurs choisi pour sa caméra).
    Merci beaucoup!

  • Commenter

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.