Jen au bord de la rivière - L'Auberge Gîte du Mont-Albert, Gaspésie
1

Ode à la Gaspésie, je suis de retour

Dès que j’entre dans le Bas-St-Laurent, je sais que ça approche. Le bord de mer se met à onduler à ma gauche, les rochers percent les vagues, le soleil vient griller ma peau par la vitre baissée pour que je puisse bien sentir l’air si particulier de la région. Doucement, il devient plus doux et me berce.

Route du Bas St-Laurent

Au bord de la route, les cantines de guedilles de homard (sandwiches de style hot-dog remplis de homards et de mayonnaise) défilent et me mettent en appétit. Parfois, au détour d’une courbe, j’aperçois un kitesurfer qui batifole sur le fleuve.

Après un printemps comme nous avons eu, l’herbe est d’un vert violent, foncé et pétant de santé à perte de vue. Comme la route n’est jamais vraiment droite, le roadtrip est plus qu’agréable tant pour le conducteur que pour le passager, même si le séjour sera bref.

J’aime la Gaspésie. J’aime ma province. On finira par croire que je suis payée pour le dire, tant je le répète, mais vraiment, ces moments de découverte « près » de chez moi me laissent ravigotée et énergique et, de surcroît, confiante en notre pouvoir d’attraction touristique.

Ici, tout est plus lent, rien n’est pressé; on fait les choses dans l’ordre, on ne bouscule surtout pas la nature. D’ailleurs, c’est bien l’un des seuls moments où j’accepte de me lever aux petites heures pour voir le soleil poindre sur l’eau ou les montagnes, chose qu’on ne me convaincrait jamais de faire chez moi. Je ne suis en Gaspésie que pour un peu plus de 48 heures si on ne compte pas la route, mais je suis décidée à en profiter au maximum.

Jen au bord de la rivière - L'Auberge Gîte du Mont-Albert, Gaspésie

Je laisse l’eau derrière moi à Sainte-Anne-des-Monts et je bifurque vers le Parc national de la Gaspésie. Cette fois, le fleuve St-Laurent ne sera pas à l’honneur, ce sont les montagnes qui m’attirent. J’arrive au gîte juste comme le soleil commence à se parer de ses belles couleurs, il se prépare pour le dodo.

La blancheur de l’Auberge Le Gîte du Mont-Albert contraste avec l’environnement vert forêt (une couleur n’a jamais été aussi bien nommée!). Alors que j’écarte les rideaux de ma chambre, j’aperçois le Mont-Albert encore habillé de neige printanière pour me rappeler qu’il n’y a pas si longtemps, c’était l’hiver. Je soupire et profite des chauds rayons.

Devanture de l'Auberge Gîte du Mont-Albert, Gaspésie Vue de la chambre - L'Auberge Gîte du Mont-Albert, Gaspésie Vue de la chambre - L'Auberge Gîte du Mont-Albert, Gaspésie

Ce soir, le programme sera tranquille. Nous dégusterons les spécialités locales et nous nous reposerons pour les randonnées des deux jours à venir.

Sous la couette, je philosophe un peu et me demande pourquoi j’habite si loin, pourquoi je ne suis jamais venue plus souvent. Je m’endors au son des grillons.

Gaspésie, je t’aime!

Autres articles sur la Gaspésie :

Vous êtes sur Pinterest?

Ode à la Gaspésie

Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

  • Commenter
    Au pays des orignaux, petit guide pour le Parc national de la Gaspésie
    10 août 2014 à 12 h 01

    […] soleil se couche le long de l’autoroute, c’est déjà la fin qui approche pour cette virée en Gaspésie après seize heures de route […]

  • Commenter

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.