12

Guide pour faire vos bagages et voyager léger (18 livres/8,03 kg)

Les backpackers qui ont vu la taille du sac à dos avec lequel je parcours le monde ont été impressionnés! Voici donc un guide pour faire vos bagages et voyager léger avec moins de 18 livres sur le dos (8,03 kg)!

18livres

 

En passant…

  • Le guide est conçu par un homme : Je vais m’en tenir aux items pour un homme en voyage. Néanmoins, je suis convaincu que plusieurs des astuces que je donne ici pourront être utiles pour les deux sexes;
  • Les avantages de voyager léger sont nombreux : Vous aurez à marcher… beaucoup! Chaque livre supplémentaire pèsera lourd sur votre dos et, donc, sur votre humeur! Le fait d’avoir un seul sac à dos (à apporter en cabine) est un avantage incommensurable quand on pense au temps sauvé à l’aéroport (vous n’aurez pas à enregistrer vos bagages ni à les attendre au débarcadère). Puis, le stress lié aux possibilités de perte ou de vol est épargné (vous traînerez votre vie au complet sur vous après tout!). En apportant votre sac avec vous, finis les mauvais traitements et les dommages liés à la manipulation par des étrangers. Enfin, vous pourrez vous permettre des périples que la plupart voyageurs ne pensent même pas accomplir, comme des déplacements sur de vastes distances en scooter ou en vélo par exemple.
Près d'Hô Chi Minh - Vietnam

Près d’Hô Chi Minh – Vietnam

Cambodge

Perdu! – Cambodge

 

  • Le climat et la durée de mon voyage sont à prendre en considération : J’ai parcouru l’Asie du Sud-Est et l’Australie sur une durée de plus de sept (7) mois (septembre 2014 à mi-mars 2015). Je n’ai pas eu à traverser des climats très froids (le plus froid étant le Vietnam en décembre);
  • Le type de voyageur que je suis ressemble au style de plusieurs : Les activités que je fais sont assez typiques du backpacker conventionnel (trekking, plongée, sport, tourisme général, etc.), mis à part le fait que je travaille en voyage et je blogue. Je dois donc traîner un ordinateur portable en tout temps (voir #43);
  • L’objectivité du rédacteur est fiable à 100 % : Je n’ai reçu aucune somme d’argent pour promouvoir les produits ou les entreprises cités dans cet article. Vous pouvez avoir confiance que j’écris ce dernier avec l’objectivité la plus complète;
  • Les prix sont situés dans un tableau à la fin de l’article : Oui, la préparation de ce voyage m’a coûté une petite fortune et ne correspond peut-être pas à tous les budgets. Je suis sûr que vous saurez faire les choix qui s’imposent. D’ailleurs, je vais vous dire quoi NE PAS acheter. Génial, non?;
  • Le guide est divisé en quatre (4) catégories : Vous pourrez consulter « 1- Les choses essentielles », « 2- Les choses facultatives », « 3- Les choses que j’ai retournées à la maison ou jetées » et « 4- Les choses que je n’ai pas apportées »;
  • Les produits sont classés par ordre alphabétique : Pour s’y retrouver encore davantage, vous constaterez que les différents items dont je parle ici sont classés par ordre alphabétique au sein des catégories.

Guide pour faire ses bagages

Les choses essentielles (incluses dans les 18 lb/8,02 kg)

1- Adaptateur(s) électrique(s)

J’ai choisi un modèle universel de marque Travelon dont le seul avantage réside dans ses deux (2) ports USB qui s’illuminent pour vous indiquer où en est le chargement (orange = non-complété, vert = complété). Autrement, il est trop lourd et dispendieux quand on le compare avec d’autres adaptateurs qu’on peut trouver un peu partout à très faible prix.

Adapteur universel Adapteur universel

Après un survoltage dans une prise de courant de qualité douteuse à Mulu en Malaisie (!), l’adapteur Travelon a été remplacé par ceux-ci, dont l’un m’a coûté moins de deux dollars (pour la Malaisie). L’autre était légèrement plus cher (pour l’Indonésie).

Adaptateur3

Bref, une chance que le Travelon ne m’avait rien coûté (grâce à une carte-cadeau offerte par mes anciens collègues de travail), parce que l’adapteur est « mort » après un seul mois! Je déconseille cet achat qui, soi dit en passant, ne convertira pas nécessairement le courant (ne pas confondre « adaptateur » avec un convertisseur électrique). Surtout, je le déconseille à cause de son poids.

Notons que j’utilise dorénavant les ports USB de mon ordinateur portable pour charger mes appareils : très viable comme solution, d’autant plus que le Macbook Air recharge même une fois fermé.

2- Bas/Chaussettes (3 paires)

Vous lisez un gars vraiment satisfait de ses achats de bas (chaussettes), tant en matière de qualité que de quantité! J’ai eu la chance de tomber sur un vendeur qui s’y connaissait beaucoup au sujet des odeurs puisqu’il m’a avoué qu’il était du genre à suer beaucoup des pieds! Ce n’est pas vraiment mon cas, mais puisque je cherchais des bas que je pourrais porter sur plus d’une journée, la question des odeurs devenait importante.

Ayant aussi à traiter avec l’humidité très fréquemment en voyage (chaleur ou pluie), son expertise de joggueur m’a été très utile. Dans l’optique où j’aime mieux les mini-bas pour une question de style, il m’a finalement conseillé les bas unisexes Wigwam Triathlete Pro Low-Cut.

J’en ai acheté deux paires, mais je n’en compte qu’une seule dans le poids de mes bagages, car j’en porte une dans les pieds lorsque je me déplace. Malgré le prix, je recommande fortement d’investir dans des bas de ce genre plutôt que vos bas en coton ordinaires qui ne sècheront pas vite et qui sentiront beaucoup.

Bas de voyage

Pour contrer le temps froid ou pour faire du hiking, il était nécessaire d’avoir une paire supplémentaire qui me servirait dans ces situations. Par chance, mon expert était aussi un fervent amateur de camping sauvage. Toujours dans l’optique des odeurs, il m’a conseillé les bas unisexes SmartWool Hiking Liner Crew qui offrent une protection contre les ampoules et un bon soutien de l’arche du pied. Il est composé de laine de mérinos et de nylon et il sera plus esthétique et plus pratique que votre habituelle paire de gros bas de laine affreuse! Mentionnons toutefois que ce qui contient de la laine de mérinos prend un peu plus de temps de séchage.

Bas de voyage

Au total, j’ai discuté de bas avec le commis un bon bout de temps (il était vraiment passionné), mais ça en a valu la peine! D’après mon expérience, trois paires seront amplement suffisantes pour vos besoins, car vous serez souvent en sandales!

3- Bouteille d’eau

Pour économiser des sous, j’ai tout simplement choisi la bouteille d’eau la plus légère que j’avais de disponible à la maison. Pour mon prochain voyage, je m’achèterai une bouteille hermétique (celle-là coulait un peu) même si un peu plus lourde.

La grandeur de l'embouchure est également un critère dont il fallait que je tienne compte afin d’épurer l’eau avec l’appareil prévu à cet effet (voir #46). L’objectif était évidemment de ne pas avoir à acheter des bouteilles jetables sans arrêt, qui finissent par occuper une part considérable du budget à la longue et qui ne sont pas géniales pour l’environnement.

voyagez_pascher_Fabrice_Dubesset

Bouteille de voyage

4- Boxers (3-4 paires)

Ces boxers (ou caleçons en bon français) sont conçus en laine de mérinos et vous rendront de fiers services en voyage. Tout comme les paires de bas dont il fut question un peu plus tôt, ils sont faits pour combattre les odeurs (anti-bactériens) et vous garder au chaud ou au frais selon la température. Ajoutons qu’ils sont aussi très légers et qu’ils ne piquent pas comme la laine traditionnelle.

Ceux ci-dessous sont de marque Icebreaker, sans doute la marque de laine de mérinos la plus connue au Canada. Ils ont une boutique sur la rue Sainte-Catherine Ouest à Montréal. Pour acheter de la laine de mérinos, il y a aussi la marque SmartWool (voir point #2- les bas). Vous pouvez aussi visiter le site canadien de Patagonia (site en anglais seulement). Enfin, une autre marque américaine qui vous permettra de commander en ligne : Outlier (site en anglais seulement).

Nous reparlerons de la laine de mérinos au point #9 et j’ajouterai également une petite appréciation personnelle!

Boxers de voyage

En passant, vous allez peut-être dire « dégueulasse! », mais je vous assure qu’il est possible de porter de tels sous-vêtements deux jours, voire même trois jours de suite, et ce, sans aucun problème d’hygiène apparent.

Toutefois, je recommanderais une quatrième paire sans hésitation. Mes amis m’avaient dit : « Come on, Matthieu tu ne vas pas nous faire croire que tu pars seulement avec trois paires, apporte-toi sept ou huit paires au moins! ». Sans atteindre de tels extrêmes (toujours dans le but d’économiser du poids), quatre paires est vraiment le meilleur compromis qui soit. En toute franchise, je ne compte plus les fois où j’ai dû y aller commando pendant que mon linge était à la buanderie! Allons-y plutôt pour quatre caleçons alors!

5- Brosse à dents, dentifrice et soie dentaire

Je ne pense pas que quelqu’un va les oublier ceux-là…

Évitez les brosses à dents électriques, bien entendu, qui sont encombrantes et qui causeront des tracas quant aux nombreux chargements qu’elles impliquent.

Pensez aussi au format de votre dentifrice qui ne devrait pas excéder 100 ml pour vous permettre de traîner votre sac à dos avec vous dans l’avion.

Brosse et pâte à dents

6- Câbles USB

Essentiels pour brancher vos appareils, vous ne devriez sans doute pas oublier d'emmener l’un de ces fils avec vous. La norme est heureusement passé à un seul type de micro-connecteur (de type «B ») avec le temps permettant de brancher tous vos appareils qui ont ce type de branchement. Si vous possédez un ou plusieurs appareils électroniques de vieilles générations, pensez à apporter les bons fils.

Câbles USB

7- Cartes bancaires/d’identité

Pour ma part, j’ai apporté carte d’assurance-maladie, permis de conduire, carte de crédit et carte de débit personnelle.

Cartes d'identité

J’ai tenté de me faire faire une deuxième carte de débit personnelle en cas de perte, mais on a refusé cette requête à la banque, prétextant que l’on ne pouvait avoir qu’une seule carte en sa possession et que l’autre serait automatiquement annulée. Je ne me suis pas informé pour ce qui est de la carte de crédit à cet effet, mais je suppose que c’est le même principe.

Si jamais votre carte de débit personnelle devait malencontreusement être annulée, perdue ou volée en cours de route, une procuration faite avant de partir pourrait vous faciliter énormément la production d’une nouvelle carte. Pour ce faire, vous devez vous rendre à votre banque avant de partir avec la personne que vous choisirez afin de remplir la paperasse. De plus, vérifiez les dates d’expiration et prévoyez ce moment où l’une de vos cartes viendra à échéance, un an à l’avance.

Petite précaution : lors de mon prochain voyage, je vais m’ouvrir un deuxième compte bancaire où je vais y placer 300$ pour les urgences. Puis, je vais coudre un emplacement secret dans mon sac pour y insérer la deuxième carte de débit personnelle. C’est un impératif qui vaut surtout pour les voyageurs en solo, car se retrouver sans argent du jour au lendemain pourrait être assez dramatique. Je choisis la HSBC (… on verra!) parce que c’est sans aucun doute la banque la plus internationale qu’on puisse trouver.

En ce qui a trait à votre carte de débit d’entreprise (si vous êtes en affaires), vous devrez bien entendu la laisser à un de vos proches pour faire les dépôts au Canada (lui laisser le NIP et votre clé de boîte postale).

Cartedebitentreprise

Maintenant, en cas de perte ou de vol de votre carte de crédit, vous devez noter, avant votre départ, le numéro de téléphone pour faire un appel à frais virés de n’importe où dans le monde. En quelques jours seulement, Visa et Mastercard peuvent vous envoyer une nouvelle carte là où vous logez, et ce, dans la plupart des destinations populaires de la planète. Mettez ce numéro de téléphone sur un service infonuagique (ou « cloud ») avec vos autres données importantes (vous pouvez scanner la paperasse pour sauver du poids dans vos bagages).

Quant au permis de conduire, il est préférable de s’abonner au prélèvement automatique. Attention, ceci devra être fait un an avant le renouvellement! Pourquoi? Et bien la – toujours très flexibleSAAQ n’a prévu qu’un seul formulaire et celui-ci se trouve avec le bon de paiement de votre permis! J’ai tout tenté, mais il n’y aucun autre formulaire disponible à part celui-là! Vous comprendrez donc que vous devrez remplir un autre formulaire pour vos plaques (celui, encore une fois, joint au bon de paiement annuel).

Enfin, vous voudrez possiblement vous munir d’un permis de conduire international. C’est une bonne idée. Les policiers balinais, par exemple, se feront un plaisir de vous arrêter pour vérifier si vous l’avez en votre possession. Dans le cas contraire, vous devrez payer une pénalité (de 10 $ à 50 $ canadiens selon vos capacités de négociation). Un autre petit truc en passant : rangez toujours votre argent dans deux endroits différents quand vous voyagerez en moto/scooter, dont l’une est uniquement réservée à une arrestation potentielle. C’est ça qui m’a sauvé de plusieurs frais en Indonésie!

J’ai eu la chance d’obtenir d’autres bons conseils pratiques sur les enjeux bancaires avant de partir par l’entremise de l’article « Mes quelques trucs pour réduire les frais bancaires en voyage ». Merci à Jennifer qui avait rédigé cet article suite à l’une de mes questions!

8 – Casquette ou chapeau (1 ou 2)

Vous pouvez vous le permettre, ce n’est pas lourd et vous porterez cette casquette ou ce chapeau sur vous lors de vos déplacements. Après avoir perdu les deux casquettes que j’avais au départ, je me suis rendu compte, au final, que ce n’était peut-être pas si essentiel. Toutefois, la casquette/le chapeau est fortement recommandé pour se prémunir des insolations, donc je me permets de les inclure dans cette section malgré tout.

Casquette1

Casquette2

L’une de ces deux casquettes n’est pas comptabilisée dans le poids de mon sac à dos puisque portée au moment du départ.

9 – Chandails (1 à manches longues / 4 à manches courtes)

Je me souviens quand j’essayais d’expliquer à des amies françaises que, pour les Québécois, presque tout ce qui se porte sur le dos peut être définit comme un « chandail »! Alors, toutes mes excuses aux Français qui lisent ce texte : le terme « chandail » ici ne réfère pas à ce que vous appelez habituellement un « chandail » en France.

Ceci étant dit, revenons à nos moutons (et c’est le cas de le dire!). J’ai opté pour des chandails en laine de mérinos. Certes, j’ai dû sortir le portefeuille, car ils ne sont pas donnés! Pour un voyage aussi long, je recherchais un matériau de qualité : chaud, qui respire bien, léger, doux, durable, anti-bactérien, etc. La laine de mérinos semblait donc toute indiquée.

Sur une note plus personnelle, le mérinos s’est avéré un peu trop chaud pour quelqu’un qui a tendance à souffrir d’hyperhidrose comme moi, surtout considérant les chaleurs de l’Asie! Suffisait de quelques minutes dehors pour me faire réaliser, à chaque fois, que la laine de mérinos est sans doute plus adaptée à des températures extérieures froides que chaudes. Je suis donc revenu au bon vieux coton après avoir graduellement perdu/troué/sali mes quatre t-shirts/polos au fil du voyage.

L’avantage du mérinos? Vous ne sentirez pas l’odeur émaner des chandails après une sudation excessive (vous pourrez les reporter le lendemain sans problème, une fois secs). Vous le savez comme moi, vous ne pourrez porter du coton qu’une seule journée en général.

Toutefois, j’ai appris à ma grande surprise que la laine de mérinos puait beaucoup une fois plongée dans l’eau. Ainsi, s’il pleut abondamment, vous dégagerez une odeur peu enviable! Autrement dit, vous sentirez le mouton! Bref, à quoi bon s’équiper de linge pour ne pas sentir pour dégager une fragrance nauséabonde au final?

Il y a un autre inconvénient, plus mineur celui-là : le linge refoule beaucoup à la sécheuse et il a aussi tendance à faire des petits trous. Le séchage « old style » demande une logistique de pro en voyage quand le temps vient à manquer avant votre prochaine destination et que vous devez étendre vos vêtements. Après un certain temps, je me suis dit : « ça suffit » et je les ai finalement envoyés à la sécheuse. Pour cette raison, prenez une taille plus grande si votre choix s’arrête sur les vêtements en laine de mérinos, à moins d’éviter le sèche-linge.

Ah et j’oubliais, il n’y a pas de confections blanches en laine de mérinos. Vous ne trouverez que du beige dans ce qui se fait de plus pâle. Souvenez-vous de sélectionner des chandails qui s’agencent bien avec vos shorts (voir #32), votre pantalon (voir #21) et vos chapeaux (voir #8) : ils doivent être interchangeables!

En terminant, je pensais faire un bon coup avec mes investissements en linge. Or, je conseillerais de ne pas investir pour les t-shirts/polos en laine de mérinos si l’objectif n’est pas d’avoir plus chaud. Ceci dit, je recommande fortement le chandail à manches longues (voir photo ci-dessous), les boxers (voir #4) et les bas (voir #2) en laine de mérinos.

Vous sauverez de l’espace avec un tel chandail à manches longues plutôt qu’un hoodie (voir #60) :

Chandail à manches longues en laine mérinos

Voulant initialement baser ma stratégie sur quatre ensembles, j’ai apporté deux polos et deux t-shirts. Sur le poids total de mes bagages (18 livres), je n’ai pas compté le poids d’un des polos que je portais sur moi au moment du départ.

Polo gris en laine de mérinosPolo vert en laine de mérinosT-shirts en laine mérinos

Avec les controverses entourant la production et le transport de la laine de mérinos, assurez-vous d’acheter d’une compagnie éthiquement responsable si vous choisissez d’acheter ce matériau. Pendant que j’y suis, le linge en laine de mérinos a aussi la propriété d’être décomposable, ce qui devrait répondre à votre souci écologique.

En terminant, comme le dit si bien Ryan de l’excellent site lesacados.com (que j’ai parcouru en entier avant mon voyage, il vous sera très utile!), vous ne pouvez pas prévoir des vêtements pour toute les situations (sorties, jogging, yoga, nuit, etc.) : cela prendra beaucoup trop de place dans vos valises. Pas le choix, vous aurez des compromis à faire!

10- Condoms

Je vais vous éviter la photo et par le fait même, je vais me garder une p’tite gêne! L’infirmière qui avait fait mes vaccins m’avait suggéré de les acheter au Canada, parce que je risquais de tomber sur des condoms de qualité discutable à l’étranger. J’ai fait à ma tête et attendu d’être en voyage pour les acheter à prix réduit. Rassurez-vous, les Durex, entre autres, se trouvent un peu partout.

11- Coupe-ongles

De conception bien traditionnelle, ce coupe-ongles peut définitivement être classé dans la catégorie des « essentiels ». Je n’ai pas de conseil à vous donner à part de ne pas l’oublier, un peu comme la brosse à dents!

Coupe-ongles de voyage

12- Débarbouillette

J’ai choisi une débarbouillette (un terme québécois, encore!) en microfibres, car elle est plus compacte et sèche plus rapidement. Elle ne m’a rien coûtée parce que je l’ai prise dans mon kit de nettoyage de TV LCD! On se débrouille/débarbouille comme on peut! Je vous reparlerai de mes impressions sur les fameuses microfibres un peu plus loin dans cet article dans la section de la serviette (voir #31).

Débarbouillette de voyage en microfibres

13- Déodorant

Les articles de toilette pour un gars, ce n’est pas un sujet très compliqué! Un déodorant/antisudorifique et le tour du monde est à votre portée…

Déodorant en voyage

14- Drap

Avant de partir, je ne pensais certainement pas qu’un drap pouvait se classer dans la catégorie des « essentiels ». En fait, j’allais quitter le pays sans lui, jusqu’à ce que ma demi-sœur me dise d’en apporter un pour dormir sur son divan à Hong Kong, sans quoi je devrais payer des frais à l’hôtel pour en louer et risquais surtout de me faire charger pour squatter sa chambre clandestinement!

Un ami m’a fourni un drap spécial pour le voyage qui a une petite capuche et qui est recousu sur lui-même (style «poche à patate ») :

Drap de voyage

Je vous conseille vraiment un tel drap! Ne serait-ce que pour les auberges de jeunesse miteuses qui ne fournissent qu’un seul drap pour la nuit, sans aucun drap contour sur le matelas! Sinon, il sera extrêmement apprécié dans vos transports lorsque vous serez sous un air conditionné qui fonctionne « dans le tapis »! Ou encore, lorsque vous serez dans l’avion à 20 000 pieds d’altitude et que vous serez trop pauvre pour débourser pour une couverture!

Ce drap, il sera dans le fond de votre sac, prêt à servir en cas de besoin. Parce que, vous en aurez besoin lors d’un si long voyage!

Vous remarquerez qu’il est roulé sur lui-même : tous ce qui peut se rouler devra être roulé pour sauver de l’espace dans votre sac à dos.

15-  Écouteurs (1 paire)

Vous devez privilégier des écouteurs de style «oreillettes » plutôt que les gros écouteurs encombrants et plus lourds. De plus, si vous les perdez ou que vous les faites voler, vous ne serez pas trop chagriné. Pour ma part, j’ai tout simplement pris les écouteurs qui était originalement fournis avec mon téléphone Samsung parce que les oreillettes sont confortables.

Écouteurs de voyage

Pour l’avoir vécu vers la fin de mon voyage, c’est tout un défi de trouver une nouvelle paire d’écouteurs qui convienne, à moins que vous aimiez les contrefaçons des fameux « Beat by Dre »!

16- Ensemble pour dormir

Les deux petits coussins gonflables (oreiller et support pour le cou) permettent un confort supplémentaire bien mérité dans les transports. Mon postérieur m’a été reconnaissant sur les banquettes en bois du train entre Bangkok et le Cambodge. Puis, les 24 heures d’avion entre le Canada et l’Asie exigent de se munir d’un soutien pour la tête et le cou.

Quant aux bouchons pour les oreilles et le cache-yeux, vous devrez vous en procurer, sans faute! Pensons à tous ces moments, dans les auberges de jeunesse, où vos co-chambreurs fermeront les lumières ou entreront dans la pièce plus tard que vous. Surtout, si vous êtes comme moi et que vous détestez les ronfleurs, ce n’est pas parce que vous êtes dans une chambre privée que leurs ronflements ne traverseront pas les murs. 😉

Kit pour dormir en voyageKit pour dormir en voyage

17- Lampe frontale

Je classe également la lampe frontale dans la catégorie des « essentiels » parce que je dois avouer que c’est assez dur de s’en passer! À un moment ou à un autre, vous vivrez une expérience en territoire très éloigné de la civilisation et vous en aurez besoin pour revenir du restaurant ou du bar où vous avez tardé un peu trop! Quelques villages fermeront leurs lumières après une certaine heure pour économiser l’énergie. Je me souviens d’un de mes retours sans ma lampe frontale lors duquel j’ai cherché l’entrée de mon auberge à partir de la rue pendant près d’une heure! Le chemin jusqu’à mon lit s’est mieux passé, mais ne s’est pas fait en claquant des doigts, disons!

La lampe frontale est indispensable pour lire dans les moyens transports d’âges mûrs qui n’ont pas de lumières au plafond. Ou encore, pour lire dans les dortoirs et préserver vos amitiés de voyage!

J’ai choisi le modèle ReVolt de Black Diamond qui est intéressant du fait qu’il se charge par USB. Pour une lampe frontale de cette qualité cependant, j’ai été amèrement déçu par la luminosité quand je la comparais avec d’autres lampes possédées par divers backpackers. Je ne sais pas ce à quoi correspond 130 lumens mais si c’est bien ce dont j’ai pu être témoin, bof

Si vous ne cherchez qu’à lire avec elle, c’est OK. Pour les expéditions, recherchez une autre marque ou déboursez davantage pour un modèle supérieur.

Lampe frontale

En définitive, ma seconde lampe frontale fut achetée en Asie pour une fraction du prix. Elle s’est avérée plus fiable (batteries conventionnelles vs rechargeables) et un peu plus puissante :

Lampe frontale2

18 – Lunettes de soleil (1 ou 2 paires)

Un accessoire généralement associé au style, mais si vous faites du scooter ou de la moto, les lunettes de soleil deviennent un indispensable pour contrer les poussières, insectes, etc. qui peuvent se loger dans vos yeux et sait-on jamais, mettre votre sécurité en péril.

Lunettes

19- Maillot de bain

Ce maillot de bain me sert aussi de short et vous remarquerez qu’il se marie très bien avec tous les chandails que je vous ai présentés au #9. L’agencement des vêtements est primordial et vous devez trouver une stratégie pour être le plus polyvalent possible!

Autrement, il n’a rien de spécial! Qu’un simple maillot de bain. Notons qu’il doit avoir une poche au moins.

Maillot de bain

20- Manteau/coupe-vent

Je n’avais pas de coupe-vent et je n’avais pas vraiment le choix de m’en acheter un. Je suis tombé par hasard sur celui-ci, qui m’a séduit par sa légèreté, son imperméabilité, sa chaleur, son esthétisme et la possibilité de le compacter dans un espace restreint. Il s’agit du McKinley Rifle UX :

Manteau

Quand il pleut en Asie, il fait quand même une chaleur accablante bien souvent. Malgré cela, je m’en suis sorti très bien en n’ayant pas trop chaud lorsque je l’avais sur le dos en cas de pluie ou de vent. Il respire très bien aussi et on n’étouffe pas dedans. Au final, un bon achat! C’est juste dommage que je l’aie perdu en Malaisie! Je me suis racheté une contrefaçon North Face au Vietnam. Vous l’aurez compris, le gris est une couleur polyvalente :

Manteau2

Au Vietnam, il fait habituellement froid dans le Nord, chaud dans le Sud. En achetant le manteau ci-dessus dans le Sud, je l’ai eu quatre fois moins cher par rapport au prix du même manteau à Hanoi (toutefois, il est plus facile de revendre une moto/un scooter dans le Sud que dans le Nord).

21-  Pantalon (1 paire)

Plutôt qu’un jeans qui prend de la place dans les bagages, qui est lourd et qui sèche très lentement, j’ai plutôt choisi un pantalon un peu plus chic et infroissable qui me permettrait de sortir et de me sentir plus confortable :

Pantalon

En matière de quantité, un seul pantalon suffira amplement dans des pays chauds.

22- Passeport

Puisque je vous ai promis une liste complète, je ne passe pas à côté du passeport qui est obligatoire, bien sûr! J’en profite pour vous parler de la couverture fluo que j’y ai ajoutée afin de le rendre plus visible pour la tête en l’air que je suis! Si vous êtes comme moi là-dessus, c’est peut-être une bonne idée de le « pimper »…

Passeport

23- Poncho

Pour les cas de pluie torrentielle, un coupe-vent, bien qu’imperméable, ne suffira pas à vous garder au sec. C’est un must d’avoir un poncho. Surtout si, comme moi, vous n’avez pas de housse de pluie sur votre sac à dos.

Pour ma part, il m’a sauvé dans les montagnes du Vietnam en moto quand un déluge s’est abattu. Merci à Sapporo-Unibroue, mes fidèles donateurs de ponchos dans les festivals de bière de la Belle Province, ça m’a sauvé une trempette!

Poncho

Très léger et compact, vous pourrez facilement lui tailler une place dans vos bagages. Une fois utilisé, n’oubliez pas d’en acheter un autre pour le remplacer, vous ne savez jamais quand ça peut être utile!

24- Rasoir

Ayant une barbe très forte, je ne serai jamais rasé de très près avec un tel appareil. De toute façon, je n’ai aucun intérêt à être rasé de très près en voyage! J’ai donc laissé mon bon vieux MACH3 et ses cartouches à la maison! J’ai plutôt privilégié un ensemble pouvant faire à la fois la barbe, le corps et les cheveux. J’ai demandé au spécialiste du Centre du Rasoir quel était son produit le plus polyvalent… Il m’a montré celui-ci, le Philips YS534/17 :

Rasoir de voyage Rasoir de voyage Rasoir de voyage

Bonne puissance et précision, je n’ai rien à redire. J’ai même testé sa solidité sur un plancher en céramique et il a passé le test! 😉 Aussi, sa trousse est très compacte comme vous pouvez le constater sur les images plus haut. Certes, j’aurais apprécié qu’il se charge par USB comme tous mes autres appareils électriques/électroniques pour éviter le poids de la rallonge. Un moindre mal… Il m’a permis de laisser mon autre gros clipper très lourd à la maison.

25 – Sac à dos

Cet élément est bien entendu le plus important de tous, j’ai fait des recherches très approfondies. Dans cette section, je vais prendre le temps de vous expliquer les critères les plus importants à évaluer pour l’achat d’un sac à dos.

Le sac que vous voyez dans les photos ci-dessous, le REI Vagabond Tour 40 n’était pas mon premier choix. Il était deuxième, tout juste après le fameux modèle Tortuga. Ce dernier était en rupture de stock jusqu’à novembre 2014 donc je n’ai pas pu l’essayer…ça viendra!

2014-10-13_1949

Oui, ils sont victimes de leur succès! C’est un produit conçu par des backpackers qui cherchaient un sac pour voyager seulement (pas nécessairement pour partir à l’aventure). Dans l’optique où ils n’en trouvaient pas sur le marché à l’époque, le Tortuga est né.

Pour ma part, voici mon sac à dos, le REI Vagabond Tour 40 :

Sac à dos de voyage Sac à dos de voyage Sac à dos de voyage Sac à dos de voyage

La couleur n’est pas super et s’agençait plutôt mal à mes vêtements je dois l’avouer. Je voulais initialement commander la version noire-grise-jaune mais elle était en rupture de stock :

REI Vagabond Tour 40 Pack

REI Vagabond Tour 40 Pack

 

Voici de bons conseils quand vous irez « magasiner » (terme du Québec!) en plus de ceux déjà répertoriés dans l’article de Jennifer intitulé « Comment choisir un bon sac à dos de voyage ».

J’ai voulu mettre les critères de sélection en ordre d’importance :

  1. La taille : vous devez vérifier que la taille est compatible avec le maximum permis par les transporteurs aériens (par exemple, celui d’Air Canada est de 23 cm x 40 cm x 55 cm). Cherchez l’appellation « bagage à main/de cabine » ou, en anglais, « carry-on size luggage ». Une taille raisonnable pour un tour du monde ne devrait pas excéder 40-45 litres. Plus vous allez dans le gros sac, plus vous serez tenté de le remplir;
  2. L’ouverture complète de style « valise » : la majorité des sacs à dos que vous trouverez ont une ouverture sur le dessus et non sur le devant. Ce critère à lui seul suffit à éliminer plusieurs sacs d'emblée. Lors d’un tour du monde, vous devrez accéder souvent à vos effets personnels et ce simple détail rend le processus beaucoup plus compliqué qu’il ne devrait l’être! Tranquillement, les fabricants commencent à comprendre cela;
  3. Les supports lombaires : vous devez regarder pour un sac à dos qui possède ces deux supports lombaires sur le coté des hanches d’une taille convenable pour bien soutenir votre dos, en incluant la fermeture sur l’abdomen. Une deuxième ganse sur le torse est certainement un atout, lombairement parlant!;
  4. Le look : je trouve que mon sac à dos fait un peu moins « hiking » que la plupart des sacs sur le marché. Il se démarque aussi par la faible présence de toutes ces sangles inutiles qui pendent avec désinvolture sur la grande majorité des sacs! Même à l’école secondaire, je fuyais ces sac à dos qui me faisaient paraître moins cool! Or, ce qui était mon premier choix jadis, le Tortuga, répond encore mieux à ce critère avec un style encore plus sexy et bien à lui;
  5. L’ajustement : même si vous trouvez un sac qui semble confortable à première vue, une personne de petite taille, comme je le suis, peut facilement se faire avoir par les apparences si le sac est trop grand en hauteur et qu’il ne s’ajuste pas.

Mentions honorables pour d’autres critères de sélection comme un vrai porte-bouteille sur le côté (certains sacs ont des porte-bouteilles qui ne sont que des parures, vous savez ce que je veux dire?), la sécurité (tissu renforcé avec mailles en fer ou possibilité de cadenasser), l’étanchéité (tissu étanche et housse de pluie), l’aération pour le dos (vous permettant d’éviter la sueur excessive), la pochette pour ordinateur-portable (coussinée, un atout), le prix, etc.

Le REI Vagabond Tour 40 répond plutôt mal aux critères d’étanchéité (aucune housse de pluie) et de sécurité (possibilité de cadenasser les fermetures-éclair, c’est tout). Cependant, il a su répondre à mes attentes à bien d’autres niveaux, dont les plus primordiaux : la taille, l’ouverture complète et les supports lombaires. Il n’était pas très cher, avant les frais de ports et de manutention en provenance des États-Unis! Pour des détails supplémentaires sur le sac à dos, j’ai trouvé l’article suivant extrêmement utile (en anglais) : « 5 of the best travel backpacks for global adventure ».

26- Sac de jour

Il vous faudra sans contredit un sac de jour. Il vous laissera la liberté de laisser votre sac plus imposant à l’hotêl/auberge/appartement.

Du côté pratique, attention! C’est un peu ici que ça se joue parce que beaucoup de voyageurs prennent un deuxième sac qu’ils ne pourront pas ranger dans le sac à dos principal. Vous voudrez un sac repliable sur lui-même pour éviter cela.

Je voulais initialement prendre le modèle pliable de Eagle Creek, mais il ne l’avait plus ni dans le noir ni dans le rouge. J’y ai donc été avec le modèle qualifié de « léger » fabriqué par Go Travel. Effectivement, il est très léger et il se rangeait facilement dans mon sac principal :

Sac de jour de voyage Sac de jour de voyage Sac de jour de voyage

 27- Sac de lavage (en filet)

Un autre item dont je n’étais vraiment pas sûr au début : le sac de lavage. En définitive, il s’est avéré tellement pratique que je me permets de l’inclure dans les « essentiels ».

Sac de lavage sur la route Sac de lavage sur la route Sac de lavage sur la route

Malléable, il vous permettra de ranger/classer votre linge sale dans votre sac à dos lors des déplacements ou de transporter vos vêtements avec aisance à la buanderie (vous vous y rendrez en scooter quelques fois) sans hypothéquer votre sac de jour. Je le laissais habituellement là avec mon linge dedans et on me le redonnait lorsque le lavage était terminé.

28- Sacs Ziploc (plusieurs!)

Apportez vous des petits sacs de plastique (communément appelés « Ziploc ») de différentes grandeurs pour y ranger les choses qui seront encore humides au moment où vous ferez vos bagages : débarbouillette, savon, vêtements, etc.

Sac Ziploc1

Sac Ziploc2

Ils prennent peu de place, vous ne le regretterez pas!

29- Sandales (1 paire)

Vous aurez à remplacer vos sandales au minimum à une ou deux reprises lors d’un voyage de plusieurs mois. Elles s’abîmeront rapidement puisque vous les porterez très souvent. J’ai choisi d’opter pour les DC Drifter au départ, car confortables et très légères :

Sandales

Les coussinets de ces sandales resteront humides longtemps après avoir été plongées dans l’eau donc ils commenceront à dégager des odeurs après un certain temps d’utilisation. Des sandales de type « trekking » peuvent constituer un achat intéressant, mais, personnellement, je n’avais pas de place dans mon sac (dans la poche latérale) pour les mettre. Elles sont aussi plus dispendieuses et, entre vous et moi, je les trouve généralement pas mal laides! Désolé aux propriétaires!

Je n’eus pas le choix de me racheter des sandales de type « thong » quand j’eus à jeter les DC, essentiellement parce que c’est le seul modèle qu’il m’était alors possible de trouver en Thaïlande là où je me trouvais. Elles sont un peu moins polyvalentes, étant donné le confort restreint et leur tendance à glisser des pieds lorsque mouillées. Voici justement la version abimée après le voyage :

Sandales2

30 – Savon

J’ai décidé d’essayer le fameux savon magique du Dr. Bronner dont vous pouvez lire les éloges un peu partout sur le Web. On dit de lui qu’il peut tout faire : savon, lessive, dentifrice et shampoing.

Savon

Réglons immédiatement le cas du dentifrice : ce fut une effroyable expérience! J’ai failli vomir!! L’arrière-goût est demeuré si longtemps que j’ai cru qu’il était indestructible! Si je voulais sauver le poids d’un tube de dentifrice, et bien, c’est raté!

Côté lessive, il a fait une job « correcte », sans plus. Il m’a été utile à quelques occasions dans des endroits éloignés de la civilisation quand je n’avais plus de linge propre à me mettre sur le dos. Autrement dit, c’est juste pour dépanner quand vous n’avez pas accès à une buanderie.

Il a su m’éviter d’avoir à traîner un shampoing certes. Or, ça fait du bien d’utiliser un véritable shampooing de temps à autre parce que le fond de la tête commencera à vous démanger légèrement suite à une utilisation prolongée du savon magique. Puis, quelques pellicules feront surface. Soyons honnête, la véritable raison qui m’a permise d’épargner sur le shampoing, c’est qu’il est possible d’en trouver dans beaucoup d’auberges de jeunesse. Il vous en fourniront via un distributeur dans la douche ou encore, vous pourrez vous servir dans les bouteilles laissées à l’abandon par des backpackers étant passés avant vous.

Le savon magique du Dr. Bronner demeurera, avant toute chose, un savon, mais je conseille néanmoins son achat pour une raison : sa durabilité. Deux (2) barres sur une durée de huit (8) mois, c’est un véritable exploit! Puis, il est vrai que son action moussante est veloutée et agréable.

31- Serviette en micro-fibre

Les conseils pour voyageurs sont unanimes à propos de la serviette en micro-fibre. D’ailleurs, 90 % des backpackers que vous rencontrerez en possèdent une.

Serviette en micro-fibre

Ses principaux avantage : volume et temps de séchage. Voilà deux critères dont on ne saurait se passer et qui nous forcent, en quelque sorte, à choisir ce type de tissu. Elle prendra si peu de place dans vos bagages comparativement au coton, c’est assez impressionnant! Sans compter le temps nécessaire pour qu’elle soit sèche de nouveau, cela ne cesse de m’éblouir! Elle vous servira dans toutes les occasions : douche, baignade et qui sait, peut-être même pour vous couvrir par temps froid.

Autrement, j’ai quelques réserves. D’abord, la capacité d’absorption est assez moche. Ensuite, le contact avec la peau est un peu bizarre : la serviette ne « glissera » pas sur la peau. Plutôt que d’essuyer, vous épongerez. Cependant, ce sont là des critères secondaires comparativement à ceux mentionnés un peu plus haut.

32- Shorts (1 paire)

Parmi vos vêtements, ce sont surtout vos shorts qui doivent être versatiles. Après les avoir sélectionnés, ce sera plus facile avec les chandails (voir #9).

Shorts

Une seule paire? Vous en avez deux en fait. N’oubliez pas le maillot de bain (voir #19), dont l’avantage est qu’il se lavera de lui-même quand vous vous baignerez.

33- Souliers (1 paire)

Pour voyager léger, vous n’aurez pas d’autre choix que de n’apporter qu’une seule paire de souliers. Vous devrez nécessairement sacrifier les souliers chics par exemple, ou ceux spécialisés pour certains sports (dont le trekking).

C’est donc tout un défi que de trouver ceux qui pourront prendre part à tous les types d’aventures et qui, en même temps, satisferont le – très subjectif – critère de style.

Après de longues recherches, j’ai arrêté mon choix sur les Salomon Synapse Access que je pourrais définir comme « les souliers de marche les moins laids que j’ai pu trouver! » :

Souliers

Le noir, c’est salissant! Ce petit vlimeux de laveur de soulier au Vietnam (image ci-dessous) surgira de nul part pour vous le dire d’ailleurs! Alerte à la fraude aux touristes : il tentera de vous soutirer une cinquantaine de dollars canadiens pour la pose de caoutchouc (vieux pneux de scooter recyclés, collés sous vos semelles) et le lavage à la brosse! Vous lui riez en pleine figure, vous lui donnez ce que ça vaut, et vous quittez les lieux avec vos nouveaux souliers coussinés!

Laveur de souliers - Hanoi, Vietnam

Laveur de souliers – Hanoi, Vietnam

34- Téléphone cellulaire

Mon bon vieux Samsung Galaxy S3 me suit encore! Je l’utilise pour ma musique et mes photos principalement. N’étant pas un grand amateur de photographie, il me suffit amplement pour cette tâche. Pour des photos de meilleure qualité, vous voudrez prendre un meilleur appareil avec vous. Le cas échéant, vous dépasserez bien sûr les 18 livres de poids promises dans cet article.

Pour pouvoir utiliser votre téléphone cellulaire à l’étranger, vous devez faire débloquer celui-ci pour qu’il accepte toutes les cartes SIM. Pour ma part, j’ai utilisé les services de Zone Accro sur la rue Sainte-Catherine à Montréal.

Téléphone Samsung Galaxy

Un téléphone avec GPS intégré (qui fonctionne sans connexion au réseau mobile) sera un avantage énorme lors de vos déplacements.

35- Trousse de premiers soins et médicaments

Vous pouvez vous procurer une trousse déjà toute faite. Puisque j’avais déjà beaucoup de ce qu’il faut dans ma pharmacie, j’ai tout simplement acheté ce qu’il me manquait (surtout des médicaments).

Premiers soins_1Premiers soins_2

Alors, vous trouverez dans cette trousse :

  • 15 Advil et Tylenol 500 mg;
  • 10 Claritin 10 mg (achetés en cours de route – allergies ressenties à Hong Kong);
  • Cipro XL 1000 mg;
  • Compresses de gaze de différentes grandeurs (dont un grand en cas de blessure majeure);
  • 3 pms-Diclofenac 75 mg (anti-inflammatoires – sous prescription seulement – obtenus illégalement!);
  • 20 Diphenhydramine 25 mg;
  • Gastrolyte 4,9 g;
  • Pansements de différentes grandeurs;
  • 6 Pro-Azithromycine 250 mg;
  • Rouleau de ruban imperméable 4,5 m;
  • 6 tampons alcoolisés;
  • Tube de Polysporin 15 g.

Vous avez bien lu, je n’ai pas pris les fameux Malarone pour prévenir la Malaria. La facture s’élevait à plus de 500$ pour seulement trois (3) mois de médicaments ce qui était hors-budget pour moi, sans compter le volume en espace trop important qu’ils représentaient. J’ai couru le risque, mais je vous recommande quand même de vous prémunir si possible! Consultez votre médecin à cet effet.

Les choses facultatives (incluses dans le poids du sac)

36- Akifootbag » ou « hacky sack »)

Pour le divertissement, un aki est léger et vraiment super pour s’amuser avec des enfants locaux ou d’autres voyageurs. C’est un choix très personnel et suis conscient que ce n’est pas dans l’intérêt de tous. Si vous jouiez autrefois au Cégep, cependant, alors pourquoi ne pas renouer avec ce bon vieux passe-temps!?

Aki

Les Asiatiques jouent à des variantes du Aki et vous pourrez sans aucun doute vous mêler à eux plus facilement si vous pratiquez un sport semblable, car les compétences sont aisément transférables :

  • Dacau (« jianzi» en Chine ou « shuttlecock » en anglais) : vous verrez ce petit volant muni de plumes un peu partout en Asie du Sud-Est et surtout au Vietnam, pays d’où il tire d’ailleurs son appellation principale;
  • Sepak Takrawkataw » au Laos ou « kick volley-ball » en Europe) : plus volumineux qu’un Aki et considérablement plus difficile que le Dacau, vous serez également témoin de ce jeu en Asie du Sud-Est.
Dacau

Dacau

Sepak Takraw

Sepak Takraw

 

Quel bon moyen de socialiser et de partager des intérêts communs avec les locaux! Proposez-leur d’essayer votre aki, du bon temps garanti! En Malaisie, j’ai rencontré un Torontois qui avait amené sa slackline. Une autre bonne idée!

Slackline

Crédit photo : http://tagsrc.com

37- Cadenas

Les cadenas ajoutés au sac à dos contribuent à une paix d’esprit supplémentaire en matière de sécurité. Soyons réalistes toutefois, il ne préviendront pas la plupart des vols : les voleurs ouvriront simplement votre sac avec un couteau pour en retirer le contenu (à moins qu’il contienne des mailles en métal à l’épreuve des vols). Malgré cela, vous serez assuré que vous aurez toutes vos choses quand vous quitterez votre auberge de jeunesse et pour cette raison, les cadenas peuvent vous épargner bien des soucis.

J’avais acheté celui-ci mais en définitive, le fil ne passait pas dans les fermetures éclair :

Cadenas1

J’ai donc opté pour deux petits cadenas à numéros :

Cadenas

Notons que des cadenas engendreront un temps supplémentaire pour accéder à vos choses, un irritant potentiel, certes, mais je préfère personnellement conserver des cadenas en tout temps sur mes effets. Si seulement j’avais pu avoir l’option sur mon Macbook Air de le cadenasser (comme la majorité des ordinateurs portables), j’aurais également apporté un cadenas comme celui-ci qui m’aurait donné l’esprit tranquille :

Cadenas4

38- Carte (mini) SD

Une carte SD insérée dans votre téléphone cellulaire (voir #34) vous permettra d’y stocker les fichiers importants de votre ordinateur. En d’autres mots, d’y faire des sauvegardes complètes (back-ups) sans devoir traîner un disque dur externe.

J’avais moins de 32 Go de données sur mon ordinateur donc c’était chose possible avec cette carte.

Carte SD

C’est rassurant de pouvoir compter sur une solution de rechange en cas de pépin, d’autant plus que je travaille de l’étranger. Une autre alternative consiste à avoir accès à un service infonuagique (ou « cloud »), un compte Dropbox par exemple. L’inconvénient, c’est que d’y sauvegarder des documents peut prendre une éternité compte tenu des connexions Internet parfois très lentes de l’Asie. La carte SD vous coûtera moins cher qu’un abonnement mensuel à un service cloud.

39- Chasse-moustique

On pourrait argumenter sur le caractère essentiel d’un chasse-moustique. Puisque je ne l’utilise à peu près jamais, je l’ai classé dans cette section, mais je comprendrais parfaitement si vous le considériez comme un élément obligatoire. Je pense que je ne crains pas assez les maladies pouvant être portées par ces vilains moustiques!

Chasse-moustique

En passant, utilisez l’un de vos sacs Ziploc (#28) pour emballer votre chasse-moustique. Vous éviterez ainsi de répandre ce liquide huileux dans votre sac à dos en cas d’écoulement.

40- Genouillère

Pour jouer au soccer avec les jeunes locaux qui sautent et filent comme des gazelles, mon genou droit devait soutenir mon poids lors des bonds et accélérations! Avec les trous, les endroits glissants et les contacts, pas toujours facile!

Genouillère

J’ai compté le poids de la genouillère dans le poids total des bagages. Cela vous laisse donc un bonus pour un élément de votre choix, comme un t-shirt supplémentaire, par exemple. À moins que vous n’ayez une articulation défaillante comme moi? 🙂

41- Lotion solaire

En bon gars qui se respecte, je quête cette ressource depuis que ma bouteille initiale est vide! Sinon, j’assume les coups de soleil. Or, soyez plus préventif que je le suis et continuez de vous pourvoir de lotion solaire avant que le besoin ne se fasse ressentir!

Lotion

La bouteille ci-dessus était trop grosse : elle a été saisie à l’Aéroport Pierre-Elliott Trudeau dès le départ!

42- Nourriture de secours

Si vous êtes pris dans une situation sollicitant vos instincts de survie, un tel sac de noix peut vous sauver la vie, ou presque!

Peanut1

Par gourmandise, j’ai terminé le mien après deux mois passés en voyage, dans les transports principalement. Mais bon, c’est aussi un peu ça l’idée… Si vous êtes pris dans des transports pendant trop longtemps, vous y plongez la main et voilà, votre appétit est assouvi pour une ou deux petites heures supplémentaires.

43- Ordinateur portable ou tablette

De nos jours, on peut presque tout faire par l’entremise de son téléphone, y compris ses transactions bancaires. Or, si vous devez travailler ou juste vous divertir dans les moments d’ennui, vous songerez à apporter un ordinateur avec vous. J’ai d’ailleurs calculé le poids de celui-ci (environ 1 livre) dans les 18 lb.

En bon consommateur averti, j’ai étudié longtemps les modèles ultra-portables et j’en suis venu à la conclusion que l’autonomie (durée de la batterie) était mon critère le plus important (avec raison!) dans le choix d’un ordinateur pour le voyage. Je me doute que ce sera votre cas également.

Dans l’optique où celle du Macbook Air ne peut être égalée, j’y suis allé pour ce dernier, en format 15 pouces, car je préfère travailler sur un plus grand écran. Le modèle 13 pouces est susceptible de vous faire sauver quelques grammes supplémentaires, mais il possède une autonomie de batterie moins grande.

Laptop1Laptop2

Je ne vous partagerai pas mon étude exhaustive dans tous ses détails : d’autres articles seront bien plus précis et up-to-date que le mien. J’aimerais simplement vous dire que l’aspect sécurité était un autre de mes critères d’importance et le Macbook, tel que mentionné précédemment (#36 – les cadenas), n’offre désormais plus la possibilité de le cadenasser, à mon grand désarroi (à moins d’acheter un étui supplémentaire qui est bien entendu trop volumineux et qui annule du même coup l’avantage de la légèreté d’un ultra-portable). Songez à cet aspect quand vous ferez vos devoirs.

Pour les curieux (… et pour me faire un peu de pub), je vous présente ce pourquoi j’ai besoin d’un ordinateur portable. Ma belle entreprise sur laquelle je mets tous mes efforts, au Québec et à partir de l’étranger, mon service de révision de CV. Si mon parcours de travailleur-pigiste à l’international vous intéresse, je vous invite à lire mon article « Travailler et voyager autour du monde, les 22 réalités d’un digital nomad » paru récemment sur Espresso Jobs.

44- Papier de toilette

J’en ai dorénavant toujours un rouleau dans mes affaires. Il est très rare que vous aurez à vous en servir, mais vous remercierez le ciel ces quelques fois où vous pourrez l’utiliser à la place du jet d’eau qui disons-le, ne figure vraiment pas dans les habitudes nord-américaines! Je ne me suis jamais servi du jet d’eau et souhaite ne jamais avoir à le faire!

Papier de toilette

En plus du jet d’eau, mention spéciale pour les Asiatiques qui ont volontairement laissé pousser les ongles de leur auriculaire et annulaire gauche pour…et bien vous savez quoi! Inspirant, n’est-ce pas?

45- Parfum

J’ai compté le poids de tous les éléments de cette section pour le total du sac à dos, sauf celui de la bouteille de parfum parce que très, très, TRÈS facultative. Étant donné que mon parfum préféré, Fierce d’Abercrombie & Fitch ne peut être livré au Canada et s’achète seulement en magasin, je suis sauté sur l’occasion de me procurer une bouteille à Hong Kong. Je la traîne avec moi depuis!

Fierce - Abercrombie & Fitch

46- SteriPEN

Vous ferez des jaloux avec votre SteriPEN! Il s’agit d’un outil vous permettant de purifier l’eau et ainsi, d’être en mesure de la boire. Vous verrez, les backpackers s’achètent continuellement des bouteilles d’eau en voyage, jour après jour. Ils vous regarderont avec un oeil intrigué pendant le processus de purification, un bon moyen d’ouvrir les discussions avec de nouveaux amis! Cet achat sera rentabilisé rapidement. À 1 $ la bouteille d’eau, une bouteille d’eau par jour, c’est rentabilisé en environ trois mois.

Steripen

J’ai découvert ce produit via l’article de Jennifer sur ce blogue et je n’ai pas été déçu. Ne vous fiez pas aux critiques en ligne qui mentionnent que l’appareil ne fonctionne pas. C’est généralement parce que les gens l’ont essayé dans l’eau froide : il fonctionne uniquement dans l’eau tiède. Du même coup, ne vous fiez pas au site Web de SteriPEN qui dit que l’appareil fonctionne dans l’eau froide!

Comme vous avez pu le lire au point #3 à propos de la bouteille d’eau, pensez à l'embouchure de votre bouteille qui devra être assez grande pour accueillir le SteriPEN.

La lampe UV du mien vient de rendre l’âme après six (6) mois. Il faut dire que je l’ai beaucoup utilisé mais j’aurais pensé que ça durerait plus longtemps. Malgré cela, l’achat en a valu la peine.

Les choses que j’ai retournées à la maison ou jetées (non incluses dans le poids du sac)

47- Cartes à jouer

Bon disons-le, je ne suis pas un grand joueur de cartes. Je n’en raffole vraiment pas! Si j’ai envie de jouer, je sais que d’autres personnes en posséderont et que je pourrai leur emprunter, voire jouer avec eux. Après deux (2) semaines, adieu les cartes!

Cartes à jouer

48- Corde-à-linge

À près de 10 $, c’est du vol pour ce petit bout de ficelle!

Corde-à-linge

Évidemment, les suces ne tiennent pas. Difficile de trouver un endroit pour l’accrocher au deux bouts. Puis, elle est juste trop molle, impossible de soutenir le poids de vêtements humides.

49- iGekkos

J’avais l’intention de mettre le party sur mon passage avec ce petit haut-parleur iGekkos!

Gekkos1

À mon retour de voyage, ironiquement, l’un de mes amis s’était acheté le même. On a donc discuté de tous ses points faibles :

  • Il tiendra la charge 10 à 15 minutes (si vous êtes chanceux!);
  • La suce ne collera pas (c’est quoi cette invention-là finalement, la suce?);
  • Il pourrait ne pas se synchroniser avec votre téléphone (comme ce fut le cas pour mon ami et moi);
  • Il pourrait jouer seulement 1 % de votre playlist, parce que les autres chansons, il ne les voit pas (comme ce fut encore le cas pour mon ami et moi).

Ses points forts :

  • Aucun.

Je l’ai redonné à ma demi-soeur pour qu’elle le ramène au Québec. Chez moi, ce sera un super bibelot. Car pour l’instant, il n’y a que le poids de mon sac qui m’importe.

50- Selfie Stick

J’ai succombé à la tentation de m’acheter une bébelle! En tant que voyageur solo, le selfie stick s’est avéré un choix tout indiqué!

Selfie Stick

Malheureusement, je l’ai perdu en Malaisie (en même temps que mon manteau). Je dois avouer que j’ai trouvé ça dommage. C’était pratique! Malgré cela, je n’en ai pas racheté par la suite. Le manteau était prioritaire! 😉

Les choses que je n’ai pas apportées (non incluses dans le poids du sac)

51- Appareil photo reflex numérique

La photographie n’est pas une passion pour moi, mais elle en est une pour de nombreux voyageurs. Quelques-uns d’entre-vous songeront donc à charger leur gros appareil reflex dans leurs bagages. À vous de voir…

Appareil reflex

Tel qu’indiqué au #34, ainsi qu’au dernier point, j’utilise mon téléphone cellulaire pour les photos.

53- Carnet de voyage et stylo

Bien entendu, mon ordinateur portable remplit cette fonction au besoin.

Carnet

Quant au stylo, vous en aurez besoin d’un! Pour ma part, c’était un oubli au départ.

Stylo

54- Chandails en coton/polyester

J’allais éventuellement regretter (voir #9) de ne pas m’être apporté de chandails en coton/polyester (sauf pour le chandail chaud, qui devrait être fait d’un matériau de qualité). Ils sont peut être un peu plus lourds, il faut les laver plus souvent, mais ils sont plus adéquats pour la chaleur à mon humble avis que la laine de mérinos. Sinon, vous avez toujours l’option des chandails de sport synthétiques favorisant une bonne respiration du corps.

Chandail coton

En plus, le prix des chandails est tellement ridicule en Asie la plupart du temps! Vous pouvez même vous permettre de ne partir qu’avec un t-shirt et en acheter d’autres sur place! C’est aussi facile que ça…

55- Couteau suisse

J’aurais bien aimé pouvoir traîner mon petit couteau avec moi. Toutefois, si vous voulez profiter des bienfaits du sac avec vous dans les transports (l’avion surtout) et passer les frontières avec quiétude, vous devrez vous en passer.

Couteau suisse

56- Disque dur externe

Comme nous l’avons vu quand il est question de la carte SD (et du service cloud), un disque dur externe n’est absolument pas nécessaire en voyage.

Disque dur externe

57- Filet à moustiques

J’ai vu un voyageur tenter d’accrocher ce genre de filet pendant près d’une heure dans une auberge de jeunesse au Cambodge. Résultat? Échec. Néanmoins, il n’a pas la malaria aux dernières nouvelles!

Filetmoustique

Un item préventif certes, mais encombrant dans les bagages. À vous de voir…

58- Hamac

J’ai croisé de jeunes voyageurs allemands qui possédait un hamac et j’étais jaloux! C’est une excellente idée à vrai dire. Je pense que je vais me laisser tenter pour mon prochain long voyage.

Hamac

59- Harmonica ou ukulélé

Un harmonica, c’est plutôt bruyant, surtout si vous débutez! Lorsque maîtrisé, toutefois, c’est l’un des instruments avec le plus beau son qui soit. Surtout, c’est léger!

Harmonica

Dans mon prochain voyage, je vais devoir choisir entre le ukulélé, les patins à roues alignées (#63) ou le hamac (#58), parce que je ne pourrai pas tout apporter! Néanmoins, ça vous prend un perk dans vos valises (ou « à-côté »)! Un peu comme le aki! Le ukulélé est un choix vraiment intéressant, il peut se transporter assez bien, attaché sur le sac à dos principal.

Crédit photo : http://ouisurf.ca

Crédit photo : http://ouisurf.ca

 

Évitez de l’acheter en voyage, ceux vendus sont souvent de très mauvaise qualité. Un petit 60 $ bien dépensé au Québec sera un meilleur achat.

60- Hoodie

Le bon vieux hoodie vous donnera un look relax et décontracté. Un classique…

Hoodie

Pour un si long voyage cependant, j’ai opté pour un autre chandail qui me permettrait d’être un peu plus chic (voir #9), un choix un peu plus versatile (un concept qui revient souvent!). Puis, comme le jean dont il est question ci-bas, le hoodie est un peu trop volumineux.

61- Jeans

Ils sont confortables et très « passe-partout », mais trop lourds et prennent trop de place dans le sac (voir #21 – le pantalon). Encore ici, un compromis à faire. Après tout, ils ne sont pas si indispensables, les jeans.

Jeans

62- Livre

C’est plus ou moins vrai que je ne trimballais pas de livre. J’en avais parfois un sur moi. Puis, je le laissais à l’auberge pour atteindre la prochaine sans lui, pour ensuite en racheter un autre livre ailleurs quand ça me tentait. Le laissant de nouveau à l’hôtel, ainsi de suite.

Livre

N’ayant pas de problème à lire sur un écran d’ordinateur, j’ai téléchargé beaucoup de PDF de livres et c’est comme ça que ça se passait pour moi. Parce que c’est important de se culturer! 😉

Certains d’entre vous voudront amener un Kindle, bonne idée!

Kindle

63- Patins à roues alignées

J’avoue que… j’y ai pensé longtemps! Avant de partir, je n’avais pas trouvé de documentation sur le sujet à savoir si c’est possible de « patiner l’Asie ». Suite à mes observations-terrain, ça me paraît possible, mais extrêmement dangereux! Si vous êtes prêt à courir le risque, GO! C’est l’aventure après tout!

Patins

C’est pesant des patins! Malgré cela, j’y songe très sérieusement pour mon prochain voyage! Ils pourraient être pratiques (… pas partout évidemment!) mais surtout, très amusants, originaux et extrêmes!

64- Pèse-bagages

Grâce à cet article, vous savez maintenant que votre sac peut vous suivre partout en 18 livres et moins. Laissez le pèse-bagage à la maison et voyagez en paix mes amis!

Pèse-bagage

Certains aéroports ont pesé mon sac à dos à quelques reprises : aucun problème, jamais! Et mes bagages? Avec moi en cabine! N’était-ce pas beau ça? Il faudra re-tester avec des patins à roues alignées ou un ukulélé attachées à mon sac à dos…

65- Photos d’identité

Je n’en n’avais pas apportées (un oubli au départ), mais c’est nécessaire d’en avoir pour les nouveaux visas et pour les demandes de prolongation en contrée éloignée!

Photos

On vous chargera parfois des frais supplémentaires aux frontières si vous n’avez pas de photo d’identité à fournir (pour les visas à l’arrivée). Vous pourrez faire produire ces photos à l’étranger. Or, soyez prévoyant et réglez ceci le plus tôt possible! C’est un souci d’épargné en entrant dans un nouveau pays.

66- Portefeuille

Vraiment utile le portefeuille? Voyons! Vous pouvez-vous en passer! Vous avez des poches sur vos vêtements après tout! Sans compter que vous aurez souvent un sac de transport avec vous.

Pas de portefeuille, ce sera plus difficile pour les pickpockets mais attention, ce sera aussi plus aisé de perdre une carte qui pourrait glisser de votre poche par inadvertance.

Portefeuille

67- Souliers de trekking ou souliers chics

J’ai croisé des voyageurs qui m’ont dit l’avoir regretté.

Trekking

Souvenez-vous, une seule paire de souliers c’est suffisant (voir #33)! 😉

Les prix

Ce n’est pas une liste exhaustive, mais elle comprend la plupart de mes achats avant le départ, incluant le billet d’avion pour Hong-Kong (acheté à la dernière minute, vous pouvez trouver moins cher!) et l’ordinateur.

J’ai oublié les assurances dans la liste donc pour vous donner une idée, on parle de 60 à 100 $ par mois.

  • Rouge = Produit non-recommandé par Matthieu (voir d’autres modèles ou ne pas acheter du tout)
  • Jaune = Achat à reconsidérer (vraiment nécessaire?)
  • Vert = Matthieu a été satisfait! (ceci dit, peut-être que vous n’aurez pas besoin de ce produit)

Prix

Avez-vous des trucs pour voyager léger?

Bon voyage et surtout, n’hésitez pas si vous avez des questions ou commentaires!

Vous êtes sur Pinterest?

guide pour voyager léger Guide pour voyager léger

Vous pourriez aussi aimer

12 commentaires

  • Commenter
    firstlabelgroup
    11 juin 2015 à 07 h 10

    Merci d’avoir partagé cet bel article !

  • Commenter
    Nadia
    13 juin 2015 à 11 h 56

    De loin le meilleur article que j’ai pu lire sur le sujet ! Je note quelques trucs forts utiles à mettre en pratique.

    • Commenter
      Matthieu Degenève
      15 juin 2015 à 12 h 21

      Merci Nadia! Si cet article a pu vous être utile, j’en suis ravi 😉

    • Commenter
      Klerr
      20 mars 2018 à 04 h 05

      Je partage tout à fait ton point de vue ! Merci à toi Matthieu !

  • Commenter
    Mylène
    11 février 2016 à 05 h 55

    J’ai adoré ton article ! Très intéressant 🙂 J’aime beaucoup voyagé et je suis nouvelle avec le format sac à dos. Tu as de très bon trucs que je vais mettre en pratique prochainement

  • Commenter
    Danny Kronstrom
    2 juin 2016 à 10 h 48

    Depuis que je voyage ultra léger, c’est tellement plus agréable. Fini les grosses valises. Vive la simplicité!

  • Commenter
    Lacroix
    12 juin 2016 à 12 h 15

    Salut Mathieu ! Merci pour ces bons conseils!
    J’aurais une petite question à te poser, dans ton article tu parles de ton drap utilisable en auberge ou meme dans l’avion. Pourrais tu préciser où peut-on le trouver? Merci beaucoup et bonne continuation 😉

  • Commenter
    baldé
    28 septembre 2016 à 03 h 22

    super article, mais j’en enlèverais encore! je remplace le steripen par des comprimés nettoyeurs (15€ les 50, en France), les chandails synthétiques par de la soie (idem pour le drap, c’est chaud quand il fait froid, frais quand il fait chaud et ça se lave bien au savon dit de Marseille (encore un truc français à 2-3 € pour 6 semaines avec lessive, cela dit pour la lessive, les savons locaux, sont souvent excellents, la palme au Diama guinéen (mais c’est la seule production locale de qualité). Pour le paludisme, j’ai définitivement opté pour l’artemisia annua (80g de feuilles séchées) que je produis moi-même, le seul remède fiable à 95%, d’ailleurs utilisé par Médecins du monde. pour le drap- en soie-, prenez une pièce de 1 x2 m qui sert aussi de châle, voire de chapeau (turban), 20€ chez les marchands de tissu, voire moins. Pour le sac, étant une fille, je préfère un modèle rectangulaire comme une valise, avec bretelles et protège dos, (environ 80€),mais ça encore, c’est en France. Enfin dernière combine: doublez toutes les poches de vos pantalons (ultra légers et infroissables), côté intérieur, vous pourrez y cacher vos sous en voyage en toute discrétion. Les filles peuvent se fabriquer une ceinture à pochettes en coton fin, couleur peau, à glisser sous la robe…ou des épaulettes à pochettes, ou des poches intérieures dans les parements des vestes, ça aussi c’est invincible…à moins bien sûr que le voleur ne vous déshabille, mais bon, ça c’est la vie.

  • Commenter
    Voyager léger sans oublier l'essentiel | Cmic Blog
    30 janvier 2017 à 09 h 29

    […] Guide pour voyager léger – blog moi mes souliers […]

  • Commenter
    12 articles les plus populaires de 2016
    8 février 2017 à 11 h 40

    […] Guide pour faire vos bagages et voyager léger (18 livres/8,03 kg) […]

  • Commenter

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.