9

Bienvenue en Europe, la grande!

26 septembre 2013.

Sors ton portefeuille, paie ton carrosse d’aéroport gratuit ailleurs, oublie ça les sourires à la cambodgienne pis grouille, on n’a pas le temps de niaiser avec toi, la touriste!

Les oreilles me bourdonnent, le nez me coule, je tousse et j’éternue, ça ne va pas trop un rhume en avion, mettons. Ça affecte un peu l’humeur et la patience, on dirait!

Bon, je ne suis pas trop gentille, j’exagère un peu et, théoriquement, la Turquie, c’est encore l’Asie, mais je vous jure qu’à peine les pieds sortis de l’avion, je me sens en choc culturel quasiment plus grand qu’à l’arrivée en Asie.

L'ordre dans les lieux publics à Taipei

Je reconnais les produits, comprends les concepts culturels et sais ce que les choses valent ici pour avoir beaucoup voyagé en Europe, mais je ne me souvenais plus de ce train-train pressé, des gens plutôt chacun-pour-soi, de cet air de « allez, vite, madame » quand on pose une question (même au kiosque d’info, d’ailleurs). Et sans parler du café de nouveau à quatre dollars (bon, ça diminue hors aéroport, heureusement)! Adieu les cafés sua da vietnamiens à quelques dizaines de cents!

Et ouch! quand je tente de me procurer une carte SIM, ça non plus les Européens n’ont pas mieux compris qu’en Amérique du Nord, malgré tout. L’Asie, c’est le paradis des minutes quasigratuites et des données illimitées pour quelques dollars.

Je commence à me demander pourquoi je suis partie d’Asie quand je mets le pied dehors à 7 heures du matin et je vois cette lueur orangée illuminer le ciel. Le soleil se lève sur les minarets et moi je fonds, j’oublie tout… Je suis à Istanbul!

Cette ville me fait rêver depuis que j’ai vu les émissions de l’Orient Express au canal Évasion et encore plus depuis la conférence sur la Turquie de mes amis Alain et Richard aux Aventuriers voyageurs.

Je suis bien contente d’arriver de bon matin, ça veut dire que j’ai la journée entière devant moi pour explorer les ruelles, humer les odeurs différentes, goûter aux spécialités locales! Pas besoin d’aller me coucher et seulement imaginer ce qui m’attend!

Istanbul, enchantée!

Je suis en train de vous préparer d’autres récits sur Istanbul, mais en attendant, voici quelques photos pour vous mettre en appétit!

Ruelles d'Istiklal - Istanbul, Turquie Pont Galata - Istanbul, Turquie Panorama au fil de l'eau - Istanbul, Turquie Pêcheurs du pont Galata - Istanbul, Turquie Petit couple - Istanbul, Turquie Kiosques de fruits - Istanbul, Turquie Nouvelle mosquée - Istanbul, Turquie

C’est une ville qui vous tente, Istanbul?

Vous pourriez aussi aimer

9 commentaires

  • Commenter
    Tiphanya
    5 novembre 2013 à 02 h 25

    C’est drôle, car en tant qu’européen, le seul moment où nous nous sommes sentis en Europe, c’était à Kadikoy, sur la rive Asiatique…

    • Commenter
      Jennifer Doré Dallas
      6 novembre 2013 à 11 h 15

      Je ne peux pas dire que je me sentais en Europe, à proprement parler, il y avait définitivement qqchose de différent, mais c’était pour moi bien plus l’Europe que tout ce que je venais de vivre avant dans ce voyage. En tous cas pour les commodités, c’est l’Europe! 😉

  • Commenter
    Laurent
    6 novembre 2013 à 04 h 57

    Je n’avais pas ressenti la même chose en arrivant à Istanbul, car pour moi, ça n’était pas la fin du voyage, mais le début, la porte d’entrée en Asie, juste un mois de voyage et 11 mois à venir.
    Mais à la case arrivée à Bangkok, j’avais eu l’impression de subir également une sorte de choc. Tout y était tellement plus organisé et plus neuf que durant les mois précédents. Comme quoi, un même lieu peut-être perçu de manière très différente suivant le moment ou on l’aborde.

    • Commenter
      Jennifer Doré Dallas
      6 novembre 2013 à 11 h 14

      C’est vrai que les états d’âme et les étapes ont un gros impact sur nos impressions! 🙂

  • Commenter
    Céline Berthelot
    14 novembre 2013 à 09 h 42

    Bonjour,
    Au niveau sécurité, pour une femme voyageant seule, comment vous êtes-vous sentie ?
    Pas seulement à Istanbul mais en general pendant votre  » grande aventure  »

    Merci,
    Céline

    • Commenter
      Jennifer Doré Dallas
      17 novembre 2013 à 04 h 19

      Personnellement, je ne suis pas du genre à sortir tard le soir seule ou à courir les bars, donc j’avoue que je ne me mets pas trop dans des situations à risque, mais c’est vrai qu’il y a toujours une portion de risque quand on part, qu’on soit seule ou pas. Je me suis toujours sentie en sécurité. Il y a eu des moments où je surveillais bien mes choses, mais je n’ai jamais ressenti de danger physique ou de sentiment qu’on me voulait du mal. Je m’assurais seulement de porter mon sac en avant de moi dans les lieux bondés, de ne pas laisser traîner ma sacoche, etc.
      C’est un sentiment très personnel, on a tous un niveau de tolérance différent, mais je me considère « moumoune », j’ai peur de mon ombre le soir, heheh! Donc c’est sûr que comme je ne suis pas téméraire, je peux moins témoigner que certains autres sur les dangers « de nuit »!

  • Commenter
    stéphane voyage
    21 novembre 2013 à 08 h 18

    Article très instructif, Merci de partager votre article de votre image. ce qui est excellent j’aime lire et je vois enyoy votre image.

  • Commenter
    Istanbul, une soirée à explorer le quartier Galata
    15 avril 2014 à 01 h 01

    […] Bienvenue en Europe, la grande! […]

  • Commenter
    Istanbul au coucher de soleil
    11 mai 2016 à 06 h 38

    […] Bienvenue en Europe, la grande! […]

  • Commenter

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.