8

Traversée du Panama, à pied et en solitaire

J’avoue! J’avais envie de pouvoir lancer innocemment, au détour d’une conversation, que j’avais traversé le Panama à pied! Mais je me suis vite repentie de cette fantaisie narcissique en peinant, sac au dos, sur les sentiers détrempés de la Cordillera Central.

 

De l’Atlantique au Pacifique, au cœur du territoire Ngobe Bugle, les rivières titubent, ivres, creusant des gorges d’un plateau à l’autre. La marche consiste à les traverser et retraverser des dizaines de fois chaque jour. Le plus souvent à gué, sans trébucher dans le courant, parfois suspendue à un câble d’acier au-dessus des remous furieux. Mais nul ne peut patauger ainsi impunément des jours durant. Mes petites baskets glanées sur un marché mexicain prenaient l’eau et chaque jour mes pieds devenaient plus vilains. Au bout d’une semaine, je grimaçais sérieusement. Suivant mon habitude, à l’approche d’une méchante montée, je calais mon pas dans les vers de Boris Vian et me récitais ses poèmes pour faire taire en moi tout ce qui rêvait d’un fauteuil.

Je voudrais pas crever
Avant d’avoir connu
Les chiens noirs du Mexique
Qui dorment sans rêver
Les araignées d’argent
Au nid truffé de bulles
Les singes à cul nu
Dévoreurs de tropiques

Mais ce jour-là, découragée, je me suis assise sur une pierre à mi-pente. J’ai retiré mes chaussettes en sang. La plante, mais aussi le dessus de mes pieds, étaient blessés. Même si je dois vivre encore cent ans, je me souviendrai toujours de ce moment! Dans une étincelle, j’ai retrouvé des pansements oubliés dans une poche. Au même moment, le vent a balayé l’horizon et le reflet d’un delta se jetant dans le Pacifique est apparu. Tout sourire, j’ai chuchoté un merci à je ne sais pas bien qui. Il ne faut pas grand-chose parfois pour aller mieux! J’ai repris la marche avec mes pansements aux pieds. Je respirais le vent joyeux en marchant à grands pas. Je me sentais l’âme d’une aventurière et ça me donnait des ailes. En réalité, mon trek n’était pas bien difficile : des montagnes pas si hautes que ça, une piste à peu près tracée, un bol de kalalou partagé chaque soir au coin du feu… J’aimais me sentir seule en terre inconnue, heureuse d’avoir osé…

 

_____________________________

Soir après soir, je logeais au hasard des rencontres et c’était toujours la même curiosité partagée qui animait nos soirées.

– C’est loin les États-Unis?
– Oui, mais je viens de France.
– Pourquoi ne viens-tu pas des États-Unis?
– Parce ce que je viens d’un autre pays qui s’appelle la France!
– C’est au Panama?
– Non!
– C’est pas aux États-Unis non plus?
– Non, c’est plus loin. Il faut traverser une mer immense pour s’y rendre…

Sourcils dubitatifs. J’improvisais alors des planisphères en dévoilant que l’ailleurs est vaste et s’étend bien au-delà du Panama et des fameux États-Unis…

 

Là-bas, pas de prison! Selon la loi Ngobe Bugle, une personne qui a commis un délit doit s’acquitter de plusieurs jours de marche dans les montagnes à transporter diverses choses d’un village à un autre. Vous imaginez donc la confusion quand j’expliquais que je traversais l’ensemble du territoire.

J’ai marché seule, à l’exception de quelques heures escortée par les policiers de la Red Oportunidad, un programme d’aide gouvernementale qui distribue chaque mois une centaine de dollars à chaque famille d’ethnie indienne du pays. Les mauvaises langues affirment qu’il s’agit là d’une manœuvre pour inciter les Indiens à ne plus travailler leurs terres, les rendre paresseux et dépendants du gouvernement qui leur proposera alors de racheter lesdites terres. Quelles mauvaises langues! On n’a jamais vu ça

Anne Bécel

Vous pourriez aussi aimer

8 commentaires

  • Commenter
    Nath'
    2 juillet 2012 à 05 h 16

    Quelle aventure ! Et ton récit retranscrit parfaitement et sans tricher les difficultés et les bonheurs d’un voyage en indépendant !

  • Commenter
    Celine@Legoutduvoyage
    3 juillet 2012 à 10 h 23

    Hello !

    Bravo pour ton périple en solitaire.

    En combien de temps as-tu traversé le Panama ?

    • Commenter
      Jennifer
      4 juillet 2012 à 09 h 15

      Bonjour Céline,
      Anne est en vadrouille, mais elle te reviendra sous peu!
      Au plaisir!

    • Commenter
      anne
      4 août 2012 à 05 h 53

      Merci Nath’

      Axx

  • Commenter
    Karine
    11 juillet 2012 à 12 h 10

    Tu ne t’es jamais sentie en danger?

    • Commenter
      anne
      4 août 2012 à 05 h 52

      Salut Karine,

      Il y a cette phrase que j’aime beaucoup :

      « La vraie inconscience n’est pas de partir vulnérable sur les pistes lointaines, mais de croire que l’on peut les fouler sans compter sur sa bonne étoile  » Priscilla Telmon

      Anne

  • Commenter
    anne
    4 août 2012 à 05 h 50

    Salut Céline, la traversée a duré 12 jours ; le Panama n’est pas bien large tu sais 😉
    Anne

  • Commenter
    Jennifer
    4 août 2012 à 06 h 00

    Merci pour ces réponses Anne!

    Même si ce n’est que 12 jours, quel courage!

  • Commenter

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.