Praça de D. Pedro IV
6

Lisbonne gourmande

Lorsque je suis partie pour Lisbonne pour une escapade de quatre jours, franchement je ne savais pas que ce voyage allait se transformer dès les premiers instants en une aventure gastronomique. Regards sur la cuisine portugaise et la région de Lisbonne.

L’aéroport de Lisbonne n’est pas très loin du centre-ville, environ 20 minutes en autobus. De plus, en sortant du terminal, les premières choses que l’on voit sont les palmiers et l’océan, un paysage plus que rafraîchissant! Le trajet d’autobus est aussi en plein cœur de la ville, pas sur une autoroute grise, ce qui nous permet d’apprécier le paysage très coloré de Lisbonne. Il s’agit d’une ville très lumineuse, ce qui est dû en partie au pavé majoritairement blanc qui recouvre le sol de la ville. Ce pavé, souvent décoré de motifs, reflète la lumière pour donner à Lisbonne cet éclat resplendissant jour et nuit. Cliquez ici pour plus d’informations sur comment quitter l’aéroport de Lisbonne et vous y rendre.

Praça de D. Pedro IV

Praça de D. Pedro IV

 

Hébergement

Nous avons résidé à l’auberge de jeunesse Travellers House. Cette auberge est l’une des mieux cotées au monde avec une note de 97 % sur HostelWorld.com, elle offre des dortoirs de quatre à six lits, des chambres privées dont certaines avec salle de bain, ainsi que des studios. Cela faisait longtemps que j’entendais parler de cette auberge, elle a d’ailleurs gagné de nombreux prix, dont celui d’auberge de jeunesse de l’année dans le monde à quelques reprises depuis son ouverture en 2006. J’avais donc hâte de voir ce que cette auberge avait de si spécial pour mériter une telle réputation. Comme je choisis toujours mes auberges selon la cote de satisfaction des voyageurs, je n’ai jamais vraiment eu de mauvaises surprises et j’ai toujours été extrêmement satisfaite de mon hébergement. Je crois être une cliente dure à impressionner, puisque j’ai visité plus d’une cinquantaine d’auberges réparties sur quatre continents. Donc, je recommande fortement le Travellers House, mais je n’ai pas vu la chose extraordinaire qui différencie cette auberge de toutes les autres que j’ai visitées au cours des six dernières années. Je dois avouer que le personnel de l’auberge a bien su nous conseiller côté restaurant pour la cuisine typiquement portugaise. Cliquez ici pour d’autres idées où dormir à Lisbonne.

 

Poulet piri-piri

Un des plats typiques du Portugal est le poulet grillé avec sauce piri-piri. En Grande-Bretagne, la chaîne de restaurant Nando’s s’annonce comme un restaurant de poulet piri-piri à la mode portugaise… Pour l’avoir essayé, je dois avouer que l’on est vraiment loin de l’authenticité! C’est au Restaurante Bonjardim que nous avons vraiment goûté au poulet piri-piri original. Mais qu’est-ce que le poulet piri-piri, me direz-vous? En premier lieu, le piri-piri c’est une huile au chili, très très très épicée. L’huile est en permanence sur la table, comme le sel et le poivre. Elle est dans un plat qui ressemble à un cocotier avec un petit pinceau pour l’étendre sur votre poulet. Je vous recommande de faire des tests quant à la quantité d’huile utilisée, surtout si vous n’êtes pas habitué de manger épicé. Disons que nous avons été intrigués à la première vue de ce pinceau, car le petit manche ressemblait plutôt à un mégot de cigarette… mais ce n’était qu’une impression! J’aurais dû prendre une photo, mais j’étais trop occupée à me lécher les doigts. Désolée!

D’ailleurs, une chose que nous avons vite apprise après ce premier souper, c’est que ce n’est pas parce que le pain, le fromage et les olives se trouvent déjà sur la table quand vous arrivez que cela est inclus dans votre repas; si vous les mangez, vous les payez! Qu’à cela ne tienne, nous les avons mangés et c’était bon. La majorité des fromages offerts dans les restaurants seront au lait de brebis ou un mélange de brebis et vache. Je n’avais jamais vraiment mangé de fromage de brebis auparavant; c’est très bon, ce sont des fromages à pâte plutôt ferme et le centre peut être grumeleux, mais bien étendu sur le pain, un vrai délice!

 

Ginjinha

Après le repas, nous avons essayé l’alcool local à la suggestion de nos voisins de table américains de chez Bonjardim, le ginjinha, un alcool de cerises griottes. Le ginjinha est servi dans de multiples petits comptoirs qu’on retrouve aux quatre coins de Lisbonne. On voit vraiment des gens de tous les âges, des touristes, mais surtout des Portugais, boire des petits verres de ginjinha dans les rues. Dans les endroits plus touristiques, le ginjinha est souvent servi dans de petits verres en chocolat.

Comptoir de ginjinha

Comptoir de ginjinha

 

Lisbonne à la belle étoile

Nous avons fait un petit tour de Lisbonne à la belle étoile. Comme les pavés sont blancs et reflètent la lumière, la nuit n’y semble donc pas si noire. Nous en avons profité pour prendre l’ascenseur de Santa Justa au coût de 5 euros par personne pour avoir une vue panoramique sur la ville. L’ascension est rapide et on ne voit pas à l’extérieur. Nous nous sommes vite rendu compte qu’il s’agit un peu d’une arnaque touristique, car on peut accéder au belvédère gratuitement près de l’entrée du musée d’archéologie du Convento do Carmo. L’ascension est aussi incluse dans le prix du billet d’autobus pour l’aéroport et dans le billet quotidien de métro! Bref, avoir su, il aurait été facile d’économiser 5 euros. La vue de Lisbonne en soirée est très belle, mais si vous pouvez éviter de payer, je vous le recommande!

Vue de Lisbonne à partir de l’ascenseur Santa Justa

Vue de Lisbonne à partir de l’ascenseur Santa Justa

 

Sept collines et visite guidée

Lisbonne est située entre sept collines, il y a beaucoup de montées et de descentes, en plus des galets du pavé. Je vous conseille d’être bien chaussé pour vous promener dans la ville. Je lève mon chapeau aux filles qui osent toujours sortir en talons hauts, il faut croire que ça doit être une question d’habitude. Il est aussi possible de faire une visite guidée en Jeep de ces sept collines avec le tour King of the Hills de la compagnie We Hate Tourism Tours, une compagnie où tous les guides ont une passion et un amour commun de Lisbonne et sa région. À cause d’un petit problème mécanique, nous n’avons pas pu prendre part à cette visite. La compagnie nous a donc offert le X-Daytrip pour le même prix que notre réservation initiale, une économie de 10 euros, et notre visite allait durer toute la journée au lieu d’une matinée. Ça c’est ce que j’appelle un excellent service à la clientèle! Ce qui est génial avec les excursions de We Hate Tourism Tours, c’est que les groupes ne dépassent jamais 10 personnes, à cause du nombre limité de places dans la camionnette.

We Hate Tourism Tours

We Hate Tourism Tours

 

Je n’avais pas lu la description du X-Daytrip avant de partir, donc chaque arrêt était une surprise. Nous avons donc pris l’autoroute pour nous rendre à Sintra, un petit village inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Premier arrêt à Sintra, une petite boulangerie reconnue pour ces queijadas, de petites pâtisseries à la cannelle. Un pur délice. À noter que les pâtisseries restent fraîches jusqu’à 14 jours dans leur emballage de papier.

Queijadas

Queijadas

 

Après nous être sucré le bec, nous avons fait le tour de Quinta da Regaleira, le rêve d’un millionnaire qui s’est fait bâtir un manoir dans un parc rempli de grottes, de tourelles, de statues de la mythologie, le tout dans une colline à la végétation luxuriante. C’est l’un des secrets les mieux gardés du Portugal selon l’équipe de We Hate Tourism Tours. Et pour 6 euros l’entrée pour un adulte, ça vaut la peine! Un conseil : ne vous fiez pas au plan remis à l’entrée, le dessinateur ne l’a vraiment pas fait à l’échelle, nous nous sommes plus perdus qu’autre chose en suivant la carte!

Quinta de Regaleira

Quinta de Regaleira

 

Une pause repas était incluse dans notre forfait. Nous nous sommes arrêtés à une cantine roulante sur le bord de la route pour pouvoir déguster un bon pao com chouriço da paia, soit un pain contenant du chorizo cuit dans un four à bois.

Cantine roulante

Cantine roulante

 

Une fois encore, c’était servi avec du fromage et des olives, en plus de vin rouge. Le fromage servi était fait d’un mélange de lait de vache, de chèvre et de brebis, très bon. Le guide nous a aussi fortement suggéré de mettre le fromage dans nos sandwichs, car comme ils étaient bien chauds, le fromage fondrait. Excellente suggestion, j’avais l’impression de manger une pizza pochette typiquement portugaise!

Cuisson dans le four à bois

Cuisson dans le four à bois

 

Après deux-trois verres de vin chacun (sauf le guide, évidemment), disons qu’il y avait de la joie dans la camionnette et que ça jasait fort! Nous avons poursuivi notre route vers Cabo da Roca, le point le plus à l’ouest de l’Europe continentale. La vue était à couper le souffle, je ne sais pas combien de temps nous sommes restés là, mais on aurait dit que le temps était suspendu et qu’on se laissait emporter au rythme du paysage.

Cabo da Roca, prochain arrêt l’Amérique

Cabo da Roca, prochain arrêt l’Amérique

 

Nous avons par la suite fait une escale à la plage de Guincho. Comme il vente toujours à cet endroit, la plage est très réputée pour la planche à voile et autres sports qui ont besoin de vent. Comme c’était seulement le début de mai, l’eau était encore très froide et tous les braves qui faisaient du surf avaient un wetsuit très couvrant. Le guide nous a confié que par les chaudes journées d’été, il s’arrête plus longtemps à cet endroit et que les gens ayant leur maillot peuvent se baigner.

Surfeurs bravant l’eau froide de la plage de Guincho

Surfeurs bravant l’eau froide de la plage de Guincho

 

Nous avons quitté la plage pour longer la côte de Cascais, sur le bord de l’océan Atlantique. Le guide, voulant nous faire goûter à tout, s’est arrêté à Cascais pour manger une crème glacée chez Santini. D’ailleurs, nous avons remarqué plus tard au cours de la fin de semaine qu’il s’agissait d’une chaîne et nous ne nous sommes pas fait prier pour y retourner.

Une coupe fraise et chocolat et l’autre citron et kiwi

Une coupe fraise et chocolat et l’autre citron et kiwi

 

Après notre pause crème glacée, nous sommes allés en direction de Bélem où se trouvait jadis le port d’où partaient tous les bateaux des grands explorateurs pour découvrir le Nouveau-Monde. On y trouve d’ailleurs un monument en leur honneur.

Les grands explorateurs

Les grands explorateurs

 

C’est aussi à Bélem que nous avons fait notre dernier arrêt gastronomique. Si on retrouve les pasteis de Bélem un peu partout à Lisbonne, rien ne se compare à l’original. Il s’agit de tartelettes aux œufs, saupoudrées de sucre à la cannelle, un vrai délice! C’est ainsi que s’est terminée notre excursion. Je crois en avoir eu pleinement pour mon argent, j’ai vraiment aimé le fait qu’on visitait les alentours de Lisbonne.

Pasteis de Bélem

Pasteis de Bélem

 

Steak sur pierre

Après une belle journée à découvrir les secrets gastronomiques du Portugal, quoi de mieux que de continuer nos découvertes en allant manger un steak sur une pierre. Bon ça semble louche comme repas dit comme ça, mais je m’explique. À l’auberge, encore une fois, on nous recommande d’aller dans un minuscule restaurant familial, qui s’appelle Cabaças. Pas nécessairement facile à trouver, car il n’a pas d’enseigne à l’extérieur, le nom du restaurant apparaît seulement en en-tête du petit menu exposé à côté de la porte d’entrée. Il doit y avoir au maximum 50 places dans le restaurant, donc mieux vaut arriver de bonne heure.

Nous sommes arrivées vers 19 h, il n’y avait presque personne à l’intérieur, mais cela s’est très vite rempli, car les Portugais mangent tard, vers 21 heures. Ma compagne de voyage ne mange pas de bœuf; elle s’est donc laissé tenter par la brochette de calmar, mais je crois qu’elle était littéralement la seule à ne pas avoir mangé le fameux steak sur pierre. Donc, je m’explique. On vous apporte votre steak cru qui est sur un bloc de pierre (moi qui m’attendais à une roche, un peu déçue!) et c’est vous qui le faites cuire vous-même. On vous sert le tout avec des petites trempettes style dijonnaise et mayo/ketchup, ainsi qu’avec du gros sel. On peut avoir le steak en tranche, mais moi j’ai opté pour un gros morceau, tout simple.

Steak sur une pierre avec assaisonnements

Steak sur une pierre avec assaisonnements

 

Comme je faisais face à toute la salle, j’ai remarqué que tout le monde dans le restaurant avait le visage vraiment rouge. Et semble-t-il que je faisais aussi partie du lot. La pierre dégage tellement de chaleur que ça nous monte au visage, mais vous pouvez en demander une nouvelle si vous ne trouvez plus la température à votre goût!

Excellente suggestion de restaurant si vous voulez manger un très beau steak et surtout pas très cher. Dans mon souvenir, c’était sous la barre des 15 euros.

 

Château de São Jorge

Le dimanche, nous avions décidé d’aller faire un tour au château de São Jorge qui surplombe Lisbonne. Je vous conseille d’opter pour un des trams qui sillonnent la ville pour effectuer la montée. Une fois au sommet, la vue est à couper le souffle! Nous avons un peu galéré pour trouver l’entrée du château, mais c’était parce que nous étions absorbées par le paysage. L’entrée au château est payante et il s’agit de ruines, donc tout se passe à l’extérieur, super quand il fait beau, mais si vous pensez faire cette visite pour fuir la pluie, vous allez être bien mouillé avec les deux pieds dans la boue.

Il s’agit donc plus d’un site archéologique ce qui peut en décevoir plusieurs. La vue vaut quand même la peine et pour les familles c’est assez chouette pour faire un pique-nique sur la terrasse du château qui offre aussi une vue éblouissante. Il y a aussi des activités pour les enfants avec des gens costumés en habits d’époque.

Tram menant au château

Tram menant au château

 

Chapitô

Près du château, se trouve aussi Chapitô, une école de cirque qui possède un excellent restaurant-terrasse. Ce resto était un arrêt obligatoire puisqu’il nous avait été recommandé par une ex-collègue à moi d’origine portugaise, le guide de We Hate Tourism Tours et les employés de l’auberge. Et pour cause, cela aurait été un sacrilège d’ignorer cette expérience culinaire. C’était déjà établi que ma compagne de voyage et moi voulions un après-midi de pacha, donc un long dîner pour se la couler douce. Nous avons opté pour une bouteille de vin rouge maison avec entrée de fromage et de pain. Une nouveauté concernant le fromage, il nous a été servi fondu avec des craquelins et du miel aux noix de Grenoble, une spécialité de la région. J’aime le miel, mais je n’en raffole pas particulièrement, toutefois le mélange avec le fromage, c’était franchement très bon.

Fromage fondu et miel aux noix de Grenoble avec petites biscottes

Fromage fondu et miel aux noix de Grenoble avec petites biscottes

 

Pour le plat principal, j’ai opté pour le poisson du jour. Je n’ai pas été déçue, mais disons que j’ai été un peu surprise d’avoir le poisson entier dans mon assiette. Qu’à cela ne tienne, il s’agit sûrement de l’un des meilleurs poissons que j’ai mangés de ma vie.

Poisson du jour et ses accompagnements

Poisson du jour et ses accompagnements

 

MUDE et retour

Une chance que nous partions assez tôt le lundi après-midi, car il pleuvait à boire debout. La pluie, c’est moche, mais je crois que c’est encore pire un lundi, car la majorité des musées sont fermés. Nous aurions voulu visiter le MUDE, musée du design et de la mode, mais comme il faisait si beau à l’extérieur, nous avons passé notre tour. Cela aurait été l’activité parfaite pour terminer notre séjour.

Musée MUDE

Musée MUDE

 

Avec toute cette pluie, nous nous sommes payé le luxe du taxi pour nous rendre à l’aéroport pour le retour. À l’auberge, on nous avait dit que notre course de taxi pourrait nous coûter entre 15 et 20 euros selon notre chauffeur. Je crois qu’on est tombé sur le meilleur chauffeur de Lisbonne, car cela nous a coûté un gros 12 euros AVEC le pourboire. Un voyage qui se termine sur une bonne note malgré la pluie.

Vanessa
vanessaalondres.blogspot.ca/

 

Vous pourriez aussi aimer

6 commentaires

  • Commenter
    Le Fil de Lau
    11 mars 2013 à 07 h 28

    Oui on mange très bien à Lisbonne, et les pastéis de nata sont vraiment bons. La Ginjha aussi 🙂

    • Commenter
      Jocelyne Garant
      12 mars 2013 à 05 h 24

      Cet article de Vanessa nous a intéressé par ces multiples sujets, tous aussi intéressants les uns que les autres.
      Les découvertes réalisées nous donnent envie de rêver jusqu’à notre départ.

      • Commenter
        Jennifer
        13 mars 2013 à 04 h 58

        Merci Jocelyne! Vanessa sera contente de lire ça! Quand partez-vous?

    • Commenter
      Jennifer
      13 mars 2013 à 04 h 58

      Combien de temps y es-tu restée?

  • Commenter
    Ce qui a attiré votre attention en 2013 | Moi, mes souliers
    22 août 2018 à 09 h 50

    […] 19. Lisbonne gourmande […]

  • Commenter
    36 pays à visiter absolument en 2018 | Moi, mes souliers
    15 juin 2019 à 11 h 57

    […] de l’Europe et celui d’offrir un dépaysement total à moins de deux heures d’avion de Lisbonne. En alliant des paysages divers et variés, tant tropicaux que volcaniques ou encore océaniques, […]

  • Commenter

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.