Jardin Miyasaki de la famille Issinen (photo gracieuseté de Hugo/Camellia Sinensis)
3

Une route du thé au Japon – La suite

Vous avez aimé la première partie de mon aventure du thé au Japon? Voici la suite :

L’ouïe : Sutaba et depâto

En plein cœur de la ville, qu’il s’agisse de Hiroshima, Ôsaka ou Tôkyô, où trouver du thé? Oui, les petites villes énumérées jusqu’à maintenant recèlent des trésors de traditions un peu cachés, mais bel et bien accessibles à celui qui ose demander. Toutefois, le Japon d’aujourd’hui n’est pas que tradition; il offre plus souvent qu’autrement des façades de béton sur lesquelles se répercutent les bruits de la ville (dont la musique pour le moins énergique provenant des arcades).

Pour le touriste de passage et le citadin en vous, il est toujours possible d’acheter ou de consommer un bon thé sans sortir des centres commerciaux, souvent reliés aux gares d’autobus ou de train. Cherchez d’abord un depâto (de l’anglais department store), des grands magasins à plusieurs étages qui font penser à La Baie ou au Printemps (par exemple, Mitsukoshi ou Takashimaya). Au fond d’un étage (regardez le plan), vous trouverez sans doute un salon de thé où l’on sert un bol de matcha accompagné de quelques gâteries traditionnelles ou de glaces. L’ambiance y est souvent un peu impersonnelle et aseptisée, mais néanmoins silencieuse et propice au recueillement.

Vue sur les illuminations de Noël, d’un Starbucks à Ôsaka

Vue sur les illuminations de Noël, d’un Starbucks à Ôsaka

 

L’atmosphère sera sans doute plus dynamique et bruyante au Sutaba, petit nom affectueux du célèbre Starbucks. Matcha latté ou hôjicha latté? Ce dernier, un thé torréfié fait de feuilles et de brindilles, donne une boisson particulièrement réconfortante… tout en étant moins caféinée. À boire lors d’une crise de mal du pays.

En avant-plan, un hôjicha latté

En avant-plan, un hôjicha latté

 

Avant de reprendre votre train ou votre bus, descendez au sous-sol du depâto, le paradis de la bouffe. Outre les sushi et les pâtisseries de toutes sortes, vous y repérerez fort probablement un ou deux kiosques de thé offrant, en plus de leurs thés superbement emballés, une dégustation en théière kyûsu (1).

N’oubliez pas non plus d’attraper une bouteille de thé (petto botoru, de PETE bottle) dans une machine distributrice pour la route! Le thé est ici frais ou chaud, et soit vert, wulong ou noir, parfois parfumé ou sucré, mais généralement nature.

 

Enfin, le goût : Shizuoka, Nara et Kyôto

Ici, je mets de côté ma propre expérience de voyage pour vous donner quelques suggestions d’un professionnel du thé, Hugo Américi de la maison de thé Camellia Sinensis. Dans le cadre de son travail, il est allé huit fois au Japon et a pu visiter de nombreux lieux de thé situés à divers points dans la chaîne de production.

Jardin Miyasaki de la famille Issinen (photo gracieuseté de Hugo/Camellia Sinensis)

Jardin Miyasaki de la famille Issinen (photo gracieuseté de Hugo/Camellia Sinensis)

 

Selon lui, il est difficile pour le touriste (dont moi) de visiter par lui-même des jardins de thé ou des producteurs. Il recommande de vous informer, par exemple auprès du concierge d’un grand hôtel d’une ville productrice, comme Shizuoka, ou sise près des plantations, comme Kyôto (près d’Uji), afin de voir s’il existe des tours guidés, à la manière des visites de vignobles. Ainsi, vous éviterez d’arriver comme un cheveu sur la soupe dans une plantation où les employés sont occupés par les récoltes, ou encore de tourner en rond et de vous perdre dans la campagne japonaise.

Un salon de thé à Nara (photo gracieuseté de Hugo/Camellia Sinensis)

Un salon de thé à Nara (photo gracieuseté de Hugo/Camellia Sinensis)

 

À Shizuoka, à Nara et à Kyôto, des salons de thé à l’esthétique savoureuse méritent votre détour. Voilà des endroits spécialisés où vous pourrez non seulement déguster de fins thés japonais dans les meilleures conditions de température (pas ébouillantés ainsi que les Japonais le font à la maison lorsqu’ils prennent leur thé du quotidien), d’eau, de temps et de technique d’infusion. Le service y est tellement personnalisé qu’on vous prépare même chacune de vos infusions dès que vous avez fini votre tasse!

Hugo en pleine dégustation de thé à Shizuoka

Hugo en pleine dégustation de thé à Shizuoka

 

Mon grain de sel (ou, devrais-je dire, de sucre) : dans la ville de Nara, on trouve dans la rue principale un petit établissement servant quelques sortes de matcha – il est rare qu’on puisse choisir ainsi, armé de la description du gout de chacune! – et des parfaits au matcha. Le mariage entre classe et accessibilité donne lieu à une expérience unique et agréable.

Matcha et pain au matcha à Nara

Matcha et pain au matcha à Nara

 

L’intuition : le Japon

Voici, pour finir, quelques informations qui vous permettront de développer votre sixième sens de chercheur de thé.

Cherchez d’abord le caractère pour « thé » : 茶, prononcé « tcha ». Et essayez les quelques phrases utiles suivantes :

すみません、お茶/お抹茶/紅茶が飲みたいんですが…
(Sumimasen, ocha/omatcha/kôcha ga nomitai ndesu ga…)
‘Excusez-moi, j’aimerais boire un thé vert / un matcha / un thé noir…’

すみません、お茶が買いたいんですが…
(Sumimasen, ocha ga kaitai ndesu ga…)
‘Excusez-moi, j’aimerais acheter du thé…’

Laissez ces phrases en suspens. Elles seront interprétées comme des questions signifiant votre désir de trouver un endroit où l’on sert ou vend du thé.

抹茶セットをください。
(Matcha setto wo kudasai.)
‘Un matcha set s.v.p.’
Un classique.

Enfin, Hugo et moi vous conseillons de visiter le Japon en avril-mai (pour voir les cerisiers en fleurs et profiter de la première récolte de thé) ou encore entre septembre et décembre (pour voir les feuilles rouges et profiter de la récolte d’automne). En juin-juillet, la saison des pluies pourrait vous ôter l’envie de sortir vos souliers de marche, et en août, la chaleur accablante aurait sans doute le même effet. Vérifiez cependant le climat de la ville que vous prévoyez visiter, car le Japon s’étend sur plusieurs degrés de latitude, de sorte que les températures varient énormément.

 

Références

1. Théière japonaise, généralement de faible contenance, dont la poignée est un manche situé sur le côté et le bec se trouve à l’avant.

 

Adresses

Salon de thé à Kyōto (Tsubakidō chaho)

Nom en japonais : 椿堂茶舗
Tél. : 075-644-1231
Adresse : 京都府京都市伏見区深草北新町635

Salon de thé à Kyōto (Chakukan)

Nom en japonais : 茶空間
Adresse : 静岡市葵区若松町81-2
Tél. : 0800-200-1311
Téléc. : 054-221-1233
Adresse : http://www.chakukan.com
Courriel : chakukan@yr.tnc.ne.jp

Salon de thé (matcha) à Nara (Kyōshōan)

Nom en japonais : 京匠庵
Tél. : 0742-27-7715
Adresse : 奈良県奈良市橋本町26-3 トキワビル2F

J’espère vous avoir donné le gout d’aller vous aussi suivre vos pas et créer votre propre université du thé dans les villes pittoresques du Japon. Armé de ces quelques conseils, de mes meilleures images et de vos sens en éveil, vous ne pouvez que réussir vous aussi. Bons thés!

Aimée Lévesque
hiroshimem.com

 

Vous pourriez aussi aimer

3 commentaires

  • Commenter
    tunimaal @ Japon
    15 décembre 2013 à 02 h 35

    J’aime beaucoup la région de Shizuoka C’est l’une des plus belles pour moi, au Japon. Certainement à cause de ces champs de thé et de mon ami Fuji qui se trouve sur place ^^

  • Commenter
    Katherine
    3 juin 2017 à 10 h 13

    Awww en lisant les deux articles j’étais vraiment émue, je ne savais pas trop où commencer à chercher pour mon voyage là j’ai plein d’adresses pis la tête remplie d’image! Merci

  • Commenter
    Noho Travels
    21 août 2019 à 11 h 55

    Pour voir les champs de thé, je me suis rendu en octobre dernier à Wazuka au Nord de Nara. J’avoue que la région de Shizuoka est bien plus belle 😉 Mais si vous voyagez entre Osaka, Nara et Kyoto, Wazuka vaut le détour 🙂

    Arnaud

  • Commenter

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.