Temple à travers les fanions de prière par Isabelle Charette Kangding Chine
4

Kangding, Chine

Lors de mon passage en Chine l’automne dernier, j’aurais voulu visiter le territoire du Tibet. Mais les autorités chinoises ferment régulièrement la frontière tibétaine aux étrangers en vertu de tout et de rien. Un visiteur qui désire se rendre à Lhassa doit être en possession d’un visa spécial émis seulement en territoire chinois et faire partie d’un groupe avec un guide. Selon certains sites Web, le guide ne serait qu’accessoire et une fois rendu sur place, on serait libre de faire un peu ce qu’on veut.

Bref. Je n’ai même pas eu le temps de me rendre au guide en question, car la frontière était fermée à mon arrivée à Beijing, donc impossible pour moi de me procurer le fameux visa. Après une réorganisation de mon itinéraire, j’ai décidé de me rendre à Kangding, une petite ville qu’on dit « la porte du Tibet ». Assez près de la frontière pour ressentir l’atmosphère de cette région, mais sans y mettre physiquement les pieds.

De Chengdu, on m’avait dit que le trajet de bus pour me rendre à Kangding durerait entre six et neuf heures. Évidemment, ça a été neuf heures à l’aller et dix heures au retour, mais dans un bus très confortable. Ayant réservé tôt, j’ai pu profiter d’un siège en avant du véhicule avec une vue époustouflante sur les montagnes.

Car des montagnes, on en traverse pour arriver à cette petite ville située à 2600 mètres d’altitude. Une rivière coule avec force séparant la ville en deux mais offrant de magnifiques petits ponts qui sont parfaits pour faire de la photo. La population a les traits si caractéristiques des gens qui vivent dans les hauteurs : une peau de cuir tannée par des années de soleil et de froid.

Isabelle Charette Moi, mes souliers 1 Kangding Chine

Photo par Isabelle Charette

 

Mais à part les gens et l’atmosphère, qu’y a-t-il à voir à Kangding? Bien sûr, beaucoup de temples. Il y a également un téléphérique (datant de Mathusalem, il va sans dire) qui permet de se rendre sur le mont Paoma d’où l’on peut voir la ville qui s’étend en bas. Par temps clair, on peut également apercevoir des pics de montagne recouverts de neige éternelle.

Vue du téléphérique par Isabelle Charette Kangding Chine

Vue du téléphérique par Isabelle Charette

 

Une fois débarquée de la gondole, j’ai fait une marche sur la montagne pour aller rejoindre le temple qui s’y trouve. Chemin faisant, j’ai croisé un superbe stupa et des milliers de fanions de prière. En marchant silencieusement, le seul bruit qu’on entend c’est le vent qui fait battre ces petits drapeaux qui claquent de façon formidable. Une grande intériorité s’impose d’elle-même, c’est le temps de réfléchir et de prendre de profondes respirations d’un air des plus purs.

Temple à travers les fanions de prière par Isabelle Charette Kangding Chine

Temple à travers les fanions de prière par Isabelle Charette

Sur le chemin par Isabelle Charette Kangding Chine

Sur le chemin par Isabelle Charette

 

Point culminant de cette excursion, le temple tout en haut. Seule âme qui vive, la gardienne du temple. Elle m’a accueilli en me parlant chinois (comme si j’y comprenais quelque chose) et en me montrant les beautés dont elle a la garde.

Le temple par Isabelle Charette Kangding Chine

Le temple par Isabelle Charette

Au sommet par Isabelle Charette Kangding Chine

Au sommet par Isabelle Charette

 

Kangding, une expérience vraiment unique dans une région du monde qui l’est encore plus.

 

Isabelle Charette
voyageasie2011@gmail.com

 

Vous pourriez aussi aimer

4 commentaires

  • Commenter
    Pierre Sormany
    30 octobre 2012 à 05 h 09

    Le plateau tibétain est, pour les deux tiers, dans la province semi-autonome du Tibet, difficile d’accès pour les étrangers. Mais une grande partie de ce plateau est dans le Sichuan, très accessible. Cette section sud du plateau a une géographie typique du Tibet, et elles sa population est de religion, de langue et de culture tibétaine. On y trouve le 2e temple en importance du bouddhisme tibétain. Bref, c’est une excellente façon de découvrir le Tibet. Kangding est effectivement la porte d’entrée de cette région, mais c’est en remontant les vallées à l’ouest et au nord de Kangding que le dépaysement commence vraiment. En passant, si vous voulez lire mes impressions sur cette partie du monde, j’ai fait un reportage dans le Géo Plein Air de septembre-octobre (encore en kiosque).

    • Commenter
      Jennifer
      30 octobre 2012 à 05 h 27

      Contente de te lire Pierre! C’est définitivement une superbe région que j’espère avoir la chance de visiter un jour!

      Reviens nous donner tes commentaires fréquemment!

  • Commenter
    Petit guide pour le voyageur en Chine | Moi, mes souliers
    8 avril 2018 à 02 h 49

    […] (dont je vous parlais ici ou un autre petit guide pour la Grande Muraille), les portes du Tibet (encore ici), l’armée de terre cuite de Xian (la photo de la une), la nourriture tellement savoureuse, […]

  • Commenter
    2012 en photos | Moi, mes souliers
    22 août 2018 à 09 h 47

    […] Kangding, Chine […]

  • Commenter

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.