Anick-Marie et vélo-cargo électrique - SunTrip Suntrotteuse
4

The Sun Trip : plus de 7000 km de la France au Kazakhstan

Vous connaissez sans doute Anick-Marie, notre chroniqueuse sur le pouce, la globestoppeuse! Elle a tout un projet qui s’en vient et je l’ai donc invitée à répondre à quelques questions sur celui-ci!

1.        Qu’est-ce que le SunTrip pour ceux qui n’en auraient pas encore entendu parler?

The Sun Trip, c’est le périple de 35 aventuriers en vélos solaires sur un parcours libre de plus de 7000 km de la France au Kazakhstan. Le départ se fait le 15 juin prochain de l’Institut National de l’Energie Solaire en France. Les participants ne roulent pas ensemble et ne bénéficient pas d’une assistance.

Deux « concours » sont aussi organisés soit l’aventurier solaire (100 % énergie solaire, sans droit de recharge classique) et le eBaroudeur, un concours du meilleur blogueur de voyage auquel je participe.

Anick-Marie et vélo-cargo électrique SunTrotteuse SunTrip

2.       Quelle est la petite histoire derrière ton inscription à ce projet?

L’an dernier, je suis tombée malade (bronchite) après une rupture pénible, et j’ai développé de l’asthme. J’ai souffert d’une incapacité temporaire de près de trois mois. Lorsque Florian m’a contactée pour parler du SunTrip et m’inviter à y prendre part, j’ai refusé parce que je me sais peu sportive. Mais j’ai réalisé que c’était une superbe occasion de prendre les moyens pour me mettre en forme, plus que jamais, en dépit de ma condition physique. J’ai hésité, je voulais d’abord être sûre que quelques amis allaient m’aider, puis j’ai craqué et je me suis inscrite quand même. Florian me dira plus tard avec un grand sourire qu’il « savait que je m’inscrirais ».

Le projet s’inscrit bien dans ma carrière d’aventurière du voyage alternatif, me permet de développer mes compétences en cyclotourisme et m’offre une grande gamme de défis dans la préparation. Je repousse aussi par la terre les frontières de mon terrain de jeu eurasien, et ça, ce n’est pas rien!

3.       As-tu tracé un itinéraire fixe?

J’ai un tracé approximatif qui suit la vallée du fleuve Po en Italie (via la piste Eurovelo 8), puis je me laisse une option : suivre le Danube ou par Sofia en Bulgarie. Je passe ensuite par le sud de la mer Noire, que je longe en Turquie pour prendre ensuite un traversier vers Sotchi en Russie, depuis Trébizonde. De là, les dernières montagnes avec le passage du Caucase et Astrakhan, puis les steppes du Kazakhstan.

 Itinéraire SunTrip SunTrotteuse

Je me laisse la possibilité de modifier l’itinéraire en route, mais je ne dois pas trop me rallonger car les visas pour la Russie et le Kazakhstan ont des dates assez précises.

4.       Pédaleras-tu sept jours sur sept?

Je vais pédaler le plus possible tous les jours, mais j’ai prévu des journées « tampons » pour chaque zone. Je vais pouvoir m’arrêter au besoin si j’ai un souci, jusqu’à une journée par semaine environ.

5.       Le vélo t’est-il fourni?

Il faut tout prévoir et assembler soi-même : le vélo, la motorisation, les batteries, le chargeur solaire, les panneaux… Pour ma part, j’ai choisi de m’associer avec le Collège de Maisonneuve et un petit atelier montréalais de vélos utilitaires et remorques, Cycles Union. Ils me préparent un vélo de type cargo à charge avant. J’y rajoute une boite et y monte ensuite les panneaux solaires. Ça devrait ressembler un peu à ceci, en un peu moins glamour :

Modélisation d'un cargobike solaire Anick-Marie SunTrotteuse SunTrip

6.       Outre la monture, par quels genres de préparatifs dois-tu passer pour mener à bien une telle aventure?

Il y a plus de préparatifs que je n’aie jamais pu imaginer! L’itinéraire, les visas, le budget, le choix du matériel, de l’équipement, les demandes de commandites, l’écriture, le graphisme, les vidéos, les photos, le travail d’équipe sans compter l’entraînement, les entrevues, le transport du vélo (et de ses satanées batteries), le boulot qui continue à côté, les cours de langue russe et la multitude de petits problèmes à gérer!

J’aimerais pouvoir dire que si l’on est méthodique, discipliné et patient, ça fonctionne, mais ça n’est pas le cas : tout est à faire en même temps, beaucoup de gens sont là pour te dire quoi faire et assez peu le sont pour t’accompagner. Pendant que je règle tous ces détails, je ne suis pas à l’entraînement… Or tous les choix ont un impact sur mon degré de préparation final !

7.       Qu’est-ce que le SunTrip implique physiquement et mentalement?

Physiquement, il s’agit d’un long voyage à vélo. Le corps s’adapte à l’effort physique s’il est modéré et bien réparti. Le plus gros risque réside dans les blessures au niveau du genou, qui peut être réduit avec un bon ajustement de la monture. L’entraînement permet déjà au corps de commencer l’adaptation. Un autre risque de blessure réside dans notre capacité à piloter l’engin et à réagir brusquement sans se blesser : l’entraînement est nécessaire pour l’ensemble du corps, tant en musculation qu’en souplesse. Une bonne alimentation pré et post entraînement et une planification d’aliments-clés en fonction des zones traversées pourront favoriser l’alimentation et la récupération sur un trajet aussi long.

Mentalement, ça demande une grande résilience, un bon réseau de soutien moral et des plans B. Dans la préparation, c’est certainement le défi le plus grand qu’il m’ait été donné d’accomplir. Il faut être capable de formuler des demandes d’aide très claires et de trouver la force de refuser l’aide qui risque d’alourdir la préparation. Il faut se monter un bouclier contre les gens qui prédiront ton échec, car il y en aura, et leurs phrases parfois bien intentionnées risquent tout de même de nous démonter subrepticement le moral. Il faut se donner le droit de ne pas être parfait, de ne pas pouvoir tout faire.

Catherine Dumont  - Prête au combat Anick-Marie SunTrip Suntrotteuse

© Catherine Dumont – Prête au combat

 

Le plus dur pour moi cette année, c’est d’être dans une relation de demande plutôt que d’offre – nous avons besoin de soutien, de financement. J’aimerais être plus présente pour mes amis dans leurs moments difficiles, mais j’ai la responsabilité de garder ma propre tête hors de l’eau et de mener à bien ce projet. C’est un équilibre dur à trouver, asymétrique, et c’est beaucoup plus important que je l’aurais cru!

8.       Où dormiras-tu pendant ton périple?

Je vais alterner entre les réseaux d’hospitalité CouchSurfing, BeWelcome et WarmShowers, les petits hôtels, le camping sauvage et les demandes d’hébergement spontanées. Après quelques étapes, il me sera plus facile de planifier en fonction de mon rythme, de m’ajuster. Il est possible que j’aille plus vite que prévu et que j’aie plus de temps pour écrire et récupérer – je vais me le permettre!

9.       Pourra-t-on te suivre sur la route?

Tout à fait! Je vais continuer à bloguer à raison d’une à deux heures par jour pendant mon périple, soit un message tous les 3-4 jours, quand la connexion Internet ne sera pas trop capricieuse. Nous avons prévu de brancher mon ordinateur portable sur la batterie du véhicule, comme ça je pourrai continuer même en région éloignée. De plus, j’aurai une balise GPS avec moi en tout temps qui permettra de suivre ma position en temps réel sur le site Web du SunTrip.

10.       Comment peut-on t’appuyer dans ta démarche?

Quatre façons concrètes :

  • Parler de SunTrotteuse à votre entourage sur les réseaux sociaux! Nous avons une newsletter, une page Facebook et un compte Twitter dédié. Plus de visibilité pour nos commanditaires, plus de raisons de croire en nous et nous soutenir.
  • Appuyer notre campagne de financement par la foule (crowdfunding) sur Ulule. L’objectif est de 3000 $ pour la campagne, mais nos besoins de financement réel en ce moment sont de l’ordre de 12 000 $.
  • Si vous êtes au Canada, m’acheter directement le livre « La Bible du Grand Voyageur » car tous les profits de la vente directe vont s’ajouter au budget de ma participation. Si vous préparez un voyage ou cherchez à offrir un cadeau à des voyageurs en partance, c’est un livre idéal.
  • Parler de nous et envoyer notre dossier de commandites à des entreprises de votre réseau professionnel – nous sommes toujours à la recherche de partenariats.

Campagne SunTrotteuse Ulule Anick-Marie SunTrip

 

Lorsqu’Anick-Marie m’a parlé de ce projet, j’ai eu l’idée de m’y lancer moi aussi si ça n’avait pas été de mon tour du monde. Inutile donc de dire qu’il me tient à coeur, donc si vous avez quelque moyen d’appuyer la Suntrotteuse, ça serait génial! Sinon, la suivre et en parler l’aidera également!

Merci Anick-Marie pour cette entrevue!

Jennifer

 

Vous pourriez aussi aimer

4 commentaires

  • Commenter
    Vélo électrique solaire à vendre par la Globestoppeuse/Suntrotteuse
    2 novembre 2013 à 03 h 25

    […] à assitance électrique (VAE) fut utilisé à l’été 2013 pour participer au premier rallye de vélos solaire TheSunTrip, de France jusqu’à Astana au Kazakhstan. « Houbi » (son nom de jument solaire) a rempli avec […]

  • Commenter
    Entrevue avec une aventurière : Anick-Marie, la Globestoppeuse
    9 janvier 2014 à 05 h 29

    […] avril, je vous parlais de The Sun Trip : plus de 7000 km de la France au Kazakhstan, le défi, l’aventure, le roadtrip de notre Anick-Marie nationale partie à la conquête des […]

  • Commenter
    7 livres incontournables pour voyageurs
    21 décembre 2015 à 01 h 11

    […] Ok, celui-là n’est pas papier, mais il a été écrit par une bonne amie que vous connaissez peut-être, Anick-Marie Bouchard, la Globestoppeuse et ancienne chroniqueuse Moi, mes souliers. Elle y raconte son SunTrip! […]

  • Commenter
    Francis Gagnon
    21 décembre 2015 à 06 h 57

    C’est vraiment un beau projet ! Merci pour le récit, c’est très inspirant.

    Ayant fait Compostelle à vélo en 2015, de Saint-Jean-Pied-de-Port à Saint-Jacques de Compostelle, je planifie déjà un périple encore plus grand. Je compte traverser le Canada à vélo. De plus, j’amasserais des fonds pour la Fondation de l’IUCPQ.

  • Commenter

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.