2

Une journée à La Vieille Usine

Un lieu empreint d’histoire
Érigée en 1928 sur la marina de l’Anse-à-Beaufils, La Vieille Usine est d’abord et avant tout une histoire de pêche. On y faisait sécher et saler le poisson ramené des côtes, essentiellement la morue. Les murs du café-bistro rendent d’ailleurs hommage à cette industrie en présentant des photos qui témoignent du labeur des ancêtres gaspésiens.

C’est en 1998 qu’un groupe de citoyens entreprend de donner un second souffle à cette vieille usine en la transformant en un paradis culturel et touristique.

La Vieille Usine, mais pas sans la Pit Caribou!
On ne va pas à La Vieille Usine sans y déguster une bière du cru de la voisine, la jeune microbrasserie Pit Caribou. Pour en faire une production 100 % locale, les propriétaires brassent leur bière avec de l’orge et du houblon qu’ils cultivent eux-mêmes. Blanche, blonde, rousse ou noire, les membres de cette famille colorée sauront satisfaire tous les palais, qu’ils soient à la recherche de douceur, de fraîcheur, d’exotisme ou d’amertume. Ma préférée? La 475 Blanche de Pratto avec sa touche de coriandre et d’agrumes.

La Pit Caribou se vend en cruchon de 1,9 l ou en bouteille de 500 ml – Lucie Bataille

4 bières composent la famille Pit Caribou – Lucie Bataille

Si on a un petit (ou grand) creux, on accompagne sa bière d’une savoureuse croûte marine gratinée (escargot, crevette, saumon ou homard, choisissez) que nous offre le menu parmi une vaste sélection. Et si l’air est doux, on déguste le tout sur la terrasse située sur le quai de la marina. Une fois repu, on part à la recherche d’agates sur la plage ou on visite la galerie d’art à l’étage. Ou les deux.

La galerie d’art située au 2e étage de La Vieille Usine – Lucie Bataille

Coup de cœur équin

Autre mission que s’est donnée La Vieille Usine : faire rayonner l’art gaspésien, autant en organisant des ateliers créatifs que des expositions. Qu’ils soient peintres, photographes, designers, joailliers ou auteurs, les artistes de la région trouvent dans la galerie d’art une vitrine des plus intéressantes où exposer leurs œuvres. C’est le cas de Marie-Pier Bouchard qui, par son formidable « Art Équin », conçoit des bijoux à partir du crin de ses chevaux. Non, ça ne sent pas mauvais (!), et oui, l’idée est originale pas qu’un peu! Après la récolte, Marie-Pier lave le crin avec du shampoing et du revitalisant pour ensuite le tresser. La tâche est plus ardue qu’on pourrait le croire, car il faut tresser très serré si l’on veut que le bijou soit solide. Aux bracelets, colliers et autres boucles d’oreilles, Marie-Pier ajoute des perles de couleurs et de formes différentes pour en faire des pièces uniques. La plupart des bijoux exposés cette journée-là étaient faits de crin noir, mais c’est pour ce bracelet au crin beige que j’ai fondu.

L’art équin, du crin au bracelet – Lucie Bataille

La Gaspésie s’expose

En redescendant, on ne manque surtout pas de prendre le temps d’admirer les photos qui ornent les murs du salon de La Vieille Usine. Avec ses (très) grands formats, l’exposition « La Gaspésie s’expose » nous invite à faire le tour de la région à travers l’œil de cinq photographes de renom. En tant que photographe, je n’ai pu qu’être charmée et envoûtée par ces paysages époustouflants, auxquels je me suis attachée dès la première seconde.

La Gaspésie s’expose dans le salon de La Vieille Usine – Lucie Bataille


Finir la journée en musique

La Vieille Usine, c’est aussi, et surtout, une programmation musicale étoffée. Cet été, de nombreux artistes, émergents ou reconnus, ont défilé sur la scène intime de La Vieille Usine. Mentionnons entre autres Vincent Vallières, Dumas, Elisapie Isaac, Jonas, Pascale Picard et Brigitte Boisjoli. Cerise sur le gâteau, une partie de La Vieille Usine se transforme en studio d’enregistrement professionnel une fois la saison touristique terminée, de quoi ravir les musiciens d’ici et d’ailleurs!

On peut qualifier la métamorphose de La Vieille Usine de réussie puisqu’on devine rapidement qu’elle est devenue un lieu de rencontre incontournable pour les gens du coin et de passage. Il faut dire qu’avec une telle formule sans égal à des kilomètres à la ronde (Oh! J’allais oublier de mentionner les ateliers destinés à stimuler la création artistique des petits et des grands), La Vieille Usine a plutôt la part belle!

Lucie

(Photos de Lucie Bataille)

Vous pourriez aussi aimer

2 commentaires

  • Commenter
    Catherine
    7 décembre 2012 à 10 h 36

    Je lis cet article avec 1 an de retard… mais avec de beaux souvenirs en tête! 🙂 J’ai passé une magnifique journée à la Vieille Usine en juin dernier, lors de mon séjour en Gaspésie. Mon copain et moi avons pu manger une bouchée tout en savourant une bière Pit Caribou sur la terrasse. En soirée, nous avons eu la surprise d’assister au tournage d’une émission pour la télévision dans laquelle Louis-Jean Cormier (du groupe Karkwa) a fait une performance musicale. Quel moment inspirant! Merci Lucie pour ce partage . J’ai déjà envie de retourner faire un tour dans cette magnifique région!

  • Commenter
    Ode à la Gaspésie, je suis de retour
    2 juillet 2014 à 05 h 06

    […] Une journée à La Vieille Usine […]

  • Commenter