The Crazy Piano Guy de New York (Photo : Lucie Bataille)
0

Petite revue de la semaine : les pianos itinérants de Montréal et l’épineuse question du pourboire

Les pianos itinérants de Montréal

À New York, the Crazy Piano Guy fait rouler quotidiennement son piano à queue de chez lui au Washington Square Park et enivre passants, touristes et autres badauds du parc. À Montréal, sur le Plateau, c’est presque pareil. À la différence que le pianiste, c’est vous, toi, moi et que le piano, on n’a pas besoin de le posséder et le déplacer. Car pour une deuxième année cet été, des pianos itinérants seront mis à disposition des citoyens.

The Crazy Piano Guy de New York (Photo : Lucie Bataille)

The Crazy Piano Guy de New York (Photo : Lucie Bataille)

 

– On aime : parce que la musique dans la rue, ça a un petit côté magique.
– Il y aura : 4 pianos. Chacun aura un parrain qui offrira des prestations-surprises tout au long de l’été.
– On pourra jouer : du 4 juin au 29 septembre, à divers endroits du Plateau (listés ici).

 

L’épineuse question du pourboire

Aussi importante que d’autres formalités, la question du pourboire n’est pas à négliger lorsque l’on voyage. Déconseillé à Singapour, il est tout le contraire au Québec puisqu’il fait partie du salaire des employés. Mais comment connaître l’étiquette du pourboire dans le pays de notre prochaine destination de vacances? Andrée Lebel de La Presse nous en apprend un peu plus.

– La solution : avant de partir, on s’informe des pratiques dans un guide de voyage ou sur Internet. Ou bien on apprend sur le tas. Par un serveur irrité, par exemple (mais j’en conviens, c’est moins agréable).
– À l’hôtel : il est préférable de remettre votre pourboire en main propre à la femme de chambre, car le personnel change continuellement.
– En croisière : il faut compter un pourboire de 10 à 15 $ par personne et par jour. Oui, le pourboire constitue un budget en soi!

À la semaine prochaine!

Lucie Bataille
www.luciebataille.com

 

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Commenter