0

Le Vélo Voyageur

Paris, 2008 : nous sommes deux amies encore en pleines études qui décident un peu sur un coup de tête de partir visiter l’Europe. Et pourquoi ne pas y aller à vélo? Ce mode de transport si commun à nos voisins germanophones, d’Europe du Nord, néerlandais et même aux Canadiens est une première pour nous. Aux regards de notre entourage, nous voyons vite qu’on nous considère un peu comme des folles. « À dans deux jours »! Et bien non, nous sommes parties pendant plus de deux mois et ce périple a transformé notre façon de voyager. Goûter à ce bonheur d’être totalement libre de ses mouvements, de pouvoir s’arrêter quand bon nous semble, de respirer toutes les odeurs et de voir jusqu’au moindre recoin des régions traversées est un sentiment indescriptible. C’est comme un virus. Il est difficile de voyager autrement après une telle expérience. Sans compter que les voyageurs à vélo attirent un fort capital de sympathie. Je ne me suis jamais fait offrir dans la même journée une brassée de pêches, trois cafés et quatre bières par huit personnes différentes à part lorsque je voyageais à vélo.

Bérangère, La Rochelle

Comment se lancer dans un voyage à vélo?

  • Choisir sa route : renseignez-vous avant de partir. Il est vraiment plus agréable de rouler sur une voie réservée aux circulations douces que sur une route nationale. Il existe de nombreux guides vélo, notamment en anglais, en allemand ou en néerlandais. Malheureusement, l’offre en français reste encore assez limitée.
  • Choisir son vélo : pas besoin d’avoir un vélo ultra cher. Il suffit qu’il soit simple, solide et confortable. En revanche, faites-le réviser par un mécanicien avant de partir. Équipez-vous de sacoches avant et arrière. Il est très douloureux de porter un sac à dos en roulant.
  • Choisir son hébergement : vous pouvez décider de dormir sous la tente ou dans des chambres d’hôtes et petits hôtels. Dans ce cas, mieux vaut réserver, surtout en période de vacances.

Plusieurs vous diront que vous avez besoin d’un entraînement digne d’un champion olympique. Il n’en est rien à moins que vous ne décidiez de faire des étapes de 120 kilomètres tous les jours. Trente kilomètres quotidiens sont accessibles à tous.

Le deuxième matin, vous aurez mal aux fesses, mais la gêne disparaîtra le quatrième jour!

Quand Bérangère et moi sommes revenues après notre voyage, nous avons eu envie de promouvoir ce type de voyage, qui est encore trop peu connu du grand public français. En effet :

  • le vélo est encore trop souvent vu comme un sport. Le succès grandissant des vélos libre-service dans toutes les grandes villes change peu à peu les mentalités; et
  • les vacances à vélo nécessitent un minimum d’organisation : préparation de l’itinéraire, réservation de l’hébergement, acheminement de vélos de randonnée sur le lieu de départ.

À notre retour, nous avons créé Le Vélo Voyageur, qui prend en charge toute l’organisation et la logistique des voyages à vélo :

  • Nous concevons les parcours avec des gens locaux.
  • Nous repérons tous les types d’hébergement sur le parcours (petit hôtel, chambre d’hôte et même petit manoir).
  • Nous repérons toutes les activités et immanquables de la région : monuments insolites, ateliers d’artistes et d’artisans, caves à vin, etc.
  • Nous montons des partenariats avec des loueurs de vélo qui ont le matériel adéquat pour des randonnées à vélo et qui peuvent acheminer le vélo au lieu de départ du circuit et le récupérer à l’arrivée.
  • Nous montons des partenariats avec des transporteurs privés pour pouvoir acheminer les bagages au lieu d’ hébergement.
  • Nous testons tous nos circuits afin de concevoir des carnets de route les plus détaillés possible.

À ce jour, Le Vélo Voyageur a développé des parcours dans les châteaux de la Loire, la Bretagne, autour des îles de Ré et d’Oléron, sur la route des vins de Saint-Émilion, dans les Landes et le Limousin.

Que ce soit en France ou ailleurs, seul ou accompagné, enfourchez votre vélo et ralentissez pour apprécier le monde dans toute sa beauté! Bon voyage!

Eugénie

___________________________

Découvrons-en maintenant un peu plus sur Eugénie par nos traditionnelles questions qui composent les Profils de voyageurs!

Eugénie

Quel est ton profil de voyageuse?

Je trouve difficile de me cantonner à un type de voyage, car cela dépend des pays, du moment de ma vie, etc. En général, j’ai besoin de passer un peu de temps pour m’approprier le pays. J’ai beaucoup voyagé en travaillant deux ou trois mois dans les pays en question. Sinon, je voyage par couchsurfing (cyberhospitalité) pour rencontrer le plus de gens possible et, bien sûr, en vélo. On voit tellement de choses qu’on ne verrait même pas en y habitant!

J’ai visité quasiment toute l’Europe (sauf l’Europe du Nord et la Russie), la Turquie, l’Égypte, la Syrie, la Thaïlande, le Cameroun, le Salvador, le Guatemala, le Honduras, la République dominicaine, Haïti, le Maroc et les États-Unis. C’est toujours délicat de dire que j’ai visité ces pays, car je n’ai pas été partout et je n’en connais qu’une partie.

De tous les pays que tu as visités, lequel as-tu préféré et pourquoi?

Je ne peux pas dire lequel j’ai préféré, car chaque expérience me change et me faire grandir d’une autre façon.

As-tu une ou plusieurs mésaventures de voyage à nous raconter?

J’ai eu la chance de ne jamais avoir de gros pépins de voyage, mais beaucoup de très belles rencontres. L’expérience la plus traumatisante a été à Miami devant les douaniers américains. J’étais en escale aux États-Unis pour aller au Salvador et pour des questions obscures de passeport, ils voulaient me remettre dans le premier vol pour Paris. J’avais préparé ce voyage depuis tant de mois. Finalement, avec un peu de pleurs, j’ai réussi à les convaincre de me laisser passer.

À quel moment as-tu su que tu étais une passionnée du voyage et que ça ne s’arrêterait plus?

J’ai eu la chance d’avoir des parents expatriés. J’ai la bougeotte depuis que je suis née!

Autriche

Si tu avais le choix de déménager demain à l’étranger, dans quelle ville t’établirais-tu et pourquoi?

Buenos Aires pour enfin savoir danser le tango à la perfection.

Quel est l’objet ou l’accessoire dont tu ne pourrais te passer en voyage?

Ma brosse à dents!

Lorsque tu es en voyage, y a-t-il un type d’endroit que tu visites systématiquement dans chaque ville et pourquoi? (Musée, gare, restos indiens, qui sait!)

J’adore regarder les lieux religieux; églises, temples, mosquées. Je trouve qu’on apprend beaucoup en observant les rites et la façon de croire en Dieu.

Qu’est-ce qui rend le voyage si magique pour toi?

Autrui. En rencontrant d’autres cultures, on se rend compte à quel point des choses qui semblaient « naturelles » et acquises sont en réalité culturelles. Chaque fois, je suis obligée de me remettre en question et de me demander si la façon dont j’agis est le reflet de mes convictions ou de mes habitudes culturelles.

Quelle ville ou quel pays as-tu le moins aimé et pourquoi?

Je suis partie en Égypte relativement jeune (à 16 ans) et bien que je sois restée bouche bée devant les monuments et l’art pharaonique, j’ai été très mal à l’aise devant le regard des hommes.

Merci Eugénie!

Avez-vous des questions?

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Commenter